Archive

Posts Tagged ‘Argent Colloïdal’

Mesurer de l’argent ionique avec la méthode d’électrode sélective aux ions d’argent

Dans cet article, je vais parler de la méthode de mesure d’électrode sélective aux ions, en anglais Ion Selective Electrode (ISE), je l’avais très rapidement abordée dans l’article ci-contre La mesure de la concentration en ppm de l’argent colloïdal donnée par les appareils de mesure TDS suite. Cet article risque d’être un peu technique, l’objectif est juste de présenter une méthode plus exacte et plus accessible que d’autres aux communs des mortels que nos appareils de TDS quoique un peu laborieux.

Préliminaires

Bien que beaucoup d’autres méthodes de mesure existent, l’approche la plus simple est l’utilisation d’une électrode sélective (ISE). La méthode ISE est conçue pour répondre à un ion spécifique, dans notre cas, l’argent. les appareils de mesure utilisant la méthode ISE ont généralement une marge d’erreur de 2%. Un instrument de mesure de type ISE est combiné avec un pH-mètre, une électrode en verre pour mesurer le pH fonctionne de manière similaire. Ces instruments (pH-mètre ou ISE) sont disponibles dans des catalogues de fournisseurs de matériel scientifique auprès de plusieurs fabricants connus.

Une ESI pour l’ion argent a une limite de détection typique de 0,01 ppm au-dessus duquel la sonde est linéaire. Inférieure à 0,01 ppm, l’étalonnage n’est pas linéaire et devrait être évitée. Le compteur ESI et la sonde sont étalonnés à l’aide d’une solution d’argent produite en laboratoire par dissolution d’une quantité de nitrate d’argent dans l’eau déionisée ou distillée ou grâce à une solution d’étalonnage (obtenue dans le commerce) certifiée pour mesurer la concentration en argent. Ces solutions sont disponibles auprès de fournisseurs de concentration de 100 ppm et 1000 ppm. Les solutions standards sont fournis avec des certificats de traçabilité précisant la marge d’erreur maximale de la concentration. Par exemple, une norme de 1000 ppm sera déterminée avec une marge d’erreur de plus ou moins 3 ppm. Cela se traduit par 0,3% d’erreur admissible.

Le compteur ESI doit être étalonné avant que les mesures soient prises. l’étalonnage du compteur ESI exige que la solution d’étalonnage utilisée soit diluée dans une fourchette de concentrations adaptée aux prises de mesures souhaitées. La plupart des appareils de mesure par la méthode ESI permettent entre 3 à 5 niveaux d’étalonnage différents, voire pour certains beaucoup plus.

Si la concentration ionique devrait être inférieure à 10 ppm, trois niveaux d’étalonnage sont possibles 0,5, 1 et 10 ppm. Pour chaque niveau d’étalonnage une solution diluée et standard doit être fabriquée à partir d’une solution certifiée cité dans le paragraphe ci-dessus. La solution diluée et standard est obtenue en utilisant de l’eau déionisée d’une grande pureté sur une base volumétrique.

Par exemple, préparer une solution diluée et standard à 10 ppm à partir d’une solution certifiée à 1000 ppm exige un taux de dilution de 1 sur 100.

Pour obtenir 100 ml d’une solution diluée et standard à 10 ppm, on devra utiliser 1 ml de la solution certifiée à 1000 ppm et 99 ml d’eau distillée ou déionisée pure. Il en résulte donc une solution diluée et standard de 100 ml contenant 1 ml d’une solution étalonnée et certifiée  à 1000 ppm dans un rapport de 1 sur 100.

Pour fabriquer une solution diluée et standard de 100 ml à 1 ppm, il faudra utiliser 10 ml de la solution diluée standard obtenue précédemment et 90 ml d’eau distillée. Pour fabriquer une solution diluée standard de 100 ml à 0,5 ppm, en prendre alors 5 ml et la compléter avec 95 ml d’eau distillée. Ainsi nous avons nos trois niveaux de solutions diluées standard pour étalonner notre appareil ESI.

Il existe une autre façon plus juste pour obtenir les solutions diluées « standard », c’est de passer par le poids et non le volume. En effet, on obtient des mesures plus précises en passant par la masse (certaines balances de précision peuvent lire jusqu’à une précision de cent millième) plutôt que par le volume, même en utilisant des fioles jaugées, la précision de lecture n’est pas assurée.

En pesant les solutions diluées standard le poids en gramme doit être corrigé pour la densité de la précision recherchée (0,5, 1 et 10 ppm). Alors que l’eau déionisée pèse 1 gramme par ml à 25 ° C, la solution étalon pèse un peu plus car il a une densité plus élevée en raison de la dissolution du sel. La densité exacte de la solution standard sera fournie par le fabricant et indiquée sur le certificat d’étalonnage. Par exemple, il apparaît que la densité soit égale à 1,00881 g / ml.

Une fois les solutions diluées standard sont préparées, la solution qui s’appelle Ajusteur de Force Ionique (en anglais Ionic Strength Adjustor ISA) est ajoutée afin d’augmenter de façon unforme l’activité ionique des solutions diluées standard.

Pour des électrodes d’argent l’ISA est généralement le nitrate de sodium (NaNO3) dissous dans l’eau déionisée. Ces solutions sont disponibles auprès du fabricant des électrodes.

La solution ISA est ajoutée à la fois aux solutions diluées standard et aux échantillons dont on veut mesurer la concentration à l’aide d’un rapport de 2 ml  de solution ISA pour une solution de 100 ml d’échantillons ou de solutions diluées standard.

Calibrage de l’appareil ESI ou ISE

Le compteur ESI est calibré en utilisant les solutions diluées standard qui ont été préparées avec l’Ajusteur de Force Ionique comme indiqué ci-dessus. La procédure d’étalonnage exacte sera précisée dans le manuel d’utilisateur qui est fourni par le fabricant.

Il est recommandé que la plus haute valeur d’étalonnage soit au-dessus de la concentration de l’échantillon à mesurer. Habituellement, deux ou trois niveaux d’étalonnage sont suffisants. lors du calibrage de la sonde ESI, il faut agiter la solution, et lors de la prise de mesure des échantillons il faudra les agiter. Toutefois si vous décidez de ne pas agiter la solution lors du calibrage, alors, lors des prises de mesures des échantillons, il ne faudra pas les agiter non plus. En somme, il faut rester cohérent avec l’agitation.

Préparation des échantillons pour la prise de mesure

Comme évoqué ci-dessus, les échantillons de l’argent colloïdal à mesurer doivent d’abord être ajustés à l’aide de la solution d’Ajusteur de Force Ionique comme dans le cas des solutions diluées standard.
Pour 100 ml de l’échantillon, 2 ml de la solution ISA est ajouté. La solution ISA doivent être soigneusement mélangés dans l’échantillon.

La prise de mesure

Une fois que l’ISA est ajouté, l’échantillon est prêt à être mesuré en plongeant la sonde ESI dans l’échantillon tandis que l’échantillon est agité (voir plus haut). L’ESI calibré sera alors en mesure de déterminer la concentration des ions d’argent dans l’échantillon en parties par million. Bien évidemment, cette mesure ne fait que lire les ions d’argent et non les particules.

Traduit de l’anglais, pour la source, voir ci-dessous :

Determining The Properties of Colloidal Silver
By Francis S. Key and George Maass, PhD

Silver Colloids

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Témoignage d’une lectrice du site sur l’argent colloïdal

Je viens de recevoir un courrier d’une lectrice qui me transmet son expérience au sujet de l’argent colloïdal, ci-dessous son courrier.

Bonjour,

Je me suis inscrite sur votre newsletters j’utilise l’argent depuis cette année et je voulais juste vous parler du site argentcolloidal.fr j’ai été très contente et je l’ai conseillé. J’ai reçu l’AC rapidement (je suis en Suisse) il y a des packages c’est pratique de plus on peut prendre du 5 ou 15 ppm.

Je l’ai utilisé sur mon fils de 16 mois qui a eu une brûlure avec de l’huile chaude de cuisine, cela fait env. 2 mois et la cicatrice part bien. Ma soeur l’a utilisé pour une inflammation dentaire et pour elle cela a été la seule chose efficace elle avait pris des médicaments sans succès.

Votre site est super et c’est très intéressant d’avoir des témoignages.

Meilleures salutations.

Gisèle

Merci pour votre témoignage, cela me fait plaisir de savoir que l’argent colloïdal ou ionique est efficace non seulement dans les livres mais dans les vies également.

Cordialement,

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Les risques liés à l’argent colloïdal quand il devient un produit commercial suite

Bon, je viens de recevoir un courrier d’une lectrice du site qui me rapporte son sentiment sur un site marchand que j’ai évoqué dans la section liens. Il est vrai que j’ai dérogé aux règles que je m’étais fixées, à savoir ne mettre un lien que si un lecteur ou une lectrice m’a transmis une expérience positive. Pour ce site, j’ai juste eu la curiosité de savoir comment ils faisaient pour déterminer la taille des particules et ils m’ont répondu par mail, pour plus de détails voir la page de liens.

Cependant une lectrice me rapporte dans son courrier ci-dessous quelques interrogations qu’elle a eu suite à un contact toujours par courrier concernant le sérieux du site.

Bonjour.

Je suis les articles de votre site chaque semaine, et commande mon AC sur internet. Je vais sûrement acheter un petit générateur me permettant de fabriquer mes doses de 500 ml d’ici peu.

J’aimerais revenir sur un de vos articles : Les risques liés à l’argent colloïdal quand il devient un produit commercial.

Effectivement, j’ai été étonnée de voir qu’un site était devenu leader du marché en France, alors qu’il y a quelques semaines,  je n’en avais encore pas entendu parler. Étant curieuse de nature, j’ai contacté cette personne pour des éclaircissements et je l’ai également interrogée sur  le procédé de fabrication de son argent apparemment vital qui, selon ses dires, a une action magique. On m’a répondu que l’on pouvait produire beaucoup en une journée, qu’il était N °1 avec  « la plus grosse unité de production et le plus gros volume d’affaires  » sans m’apporter aucune preuve, et que pour la fabrication tout était marqué sur le site. (Pas très persuasif)

Je lui ai répondu que j’étais sceptique et qu’il y avait des sites plus connus que le sien qui en vendaient depuis plus longtemps. Il m’a répondu  que sa société avait plusieurs années et qu’il travaillait essentiellement avec des professionnels (sans me donner de référence sérieuse, ni preuve) et qu’il venait de décider de s’ouvrir au particulier. Il a terminé  par un bon weekend, histoire de couper cours à la discussion.

J’ai trouvé cela assez suspect, d’autant plus que sur son site, il est stipulé qu’il ne fabrique à chaque fois que la quantité commandée (soit 30ml ou 500ml). Ce qui est contradictoire avec ses propos.  Je me demande comment il peut faire rentrer des électrodes dans des flacons 30 ml (je comprends mieux l’effet magique !). Dans tous les cas, s’il produit des petites quantités de 500ml, c’est certainement que son générateur est le même que l’on peut se procurer partout, et n’a rien d’un appareil professionnel.

Pour  couronner le tout  j’ai vérifié sur Infogreffe.fr, et sa société n’existe que depuis janvier 2010, alors qu’il prétend exister depuis plusieurs années.

Je vous mets en pièce jointe nos échanges par mail.

Pauline,

Chère Madame, tout d’abord merci pour votre courrier, que dire si n’est qu’il est possible que ce site dise la vérité comme le contraire, du moins peut-être que la vérité est au centre, je n’en sais rien. Pour avoir été depuis une petite vingtaine d’années dans des sociétés et celle notamment dans la quelle je suis, ces dernières aiment toujours trouver un moyen pour devenir le leader mondial ou français dans un domaine.

Pour moi et je parle personnellement, on peut être leader de quelque chose de toutes les façons, il suffit de formuler la force de vente comme on veut, d’ailleurs, ce mot est galvaudé comme pas mal. Tenez, par exemple, Wall Street est leader mondial du mensonge et du braquage selon certains et dans un sens, ce n’est pas faux, par contre d’autres diront qu’ils sont leader financier, bref, on peut tourner les phrases à notre guise, si je vous disais que ma propre société a changé en espace de dix ans son slogan pour rester toujours leader mondial et il a fallu changer les plaquettes et tout le reste pour se mettre à la page en interne. Comme on dit, c’est le business, il faut savoir se vendre. C’est un peu malheureux à dire, mais c’est exactement ce que j’ai fait en tant qu’étudiant pour chercher mon premier boulot, j’avais des connaissances théoriques dans un domaine et je me présentais comme quelqu’un qui avait 5 ans d’expériences, c’est ridicule je sais mais hélas, nous sommes pour la plupart des acteurs dans une pièce de théâtre du matin au soir à notre travail.

Donc, je ne m’étendrai pas personnellement sur l’aspect leader n° 1, selon eux, ils le sont dans un domaine précis peut-être, selon d’autres peut-être pas.

Pour ce qui est de mettre des électrodes dans un flacon de 30 ml, je ne pense pas qu’ils procèdent de cette manière, du moins c’est une supposition, il me semble plus probable de fabriquer dans des récipients suffisamment importants (par exemple 5 gallons, comme fait la société américaine PII) et ensuite transférer l’argent colloïdal dans des petits flacons de 30 ml ou 500 ml. Aujourd’hui, aux États Unis, il existe des procédés simples avec la méthode LVDC (comme j’ai lu dans un des mails que vous vous êtes échangés) qui peuvent fabriquer de façon industrielle de très grande quantité d’argent colloïdal. Ce qui répond peut-être à vos interrogations concernant la capacité de produire en très grande quantité dans une seule journée. Il faut bien croire les gens tant que le contraire n’a pas été démontré, après tout, la présomption d’innocence devrait être vraie pour nous tous. Avant de prouver que je suis un salaud, j’espère qu’on me considérera innocent jusqu’à ce que le contraire soit mis à la lumière. Et puis, j’imagine que s’ils ont un procédé spécial, ils ne vont pas divulguer à tout le monde leur secret ou pas. Maintenant qu’il y ait des contradictions dans le discours, cela certainement dénote quelque chose.

En ce qui concerne leur site qui existe depuis janvier de cette année, ce n’est pas impossible d’avoir une entreprise destinée aux professionnels et une autre démarrée récemment à destination des particuliers. Cela ne me paraît pas incompatible. Par contre je n’ai pas fait d’investigation, d’ailleurs, ce n’est pas mon rôle pour vérifier s’il y a eu ou il y a une autre société destinée aux professionnels.

Pour ce qui est du matériel pour vérifier la taille des particules, la personne qui m’a répondu par courrier m’a dit qu’elle avait des contacts à Toulouse dans un laboratoire de recherche qui possédait le matériel adéquat pour faire les mesures. Cela ne me semble pas non plus incompatible, je peux également si je le souhaite contacter des personnes par le biais des anciens élèves de Pierre et Marie Curie et avoir des contacts pour faire mesurer ou étudier ma propre solution, d’ailleurs deux de mes copains que j’ai perdus de vu dont un était chimiste normalien dans un laboratoire à Jussieu et l’autre physicien dans le domaine de la quantique à Orsay. Je ne le ferai pas car il est inutile de les déranger pour si peu.

En fin, je terminerai en disant, qu’il ne faille pas trop dépenser des sommes astronomiques, car le procédé LVDC pour fabriquer de l’argent colloïdal reste à portée de tout le monde et est aussi efficace que toute autre méthode vantée par toute autre société Leader dans un quelconque domaine. D’ailleurs, je compte bien rapporter quelques  miracles simples effectués par le Doctor Becker dans les années 70 avec le procédé LVDC, que j’ai lus avec délectation dans le livre « The Body electric ».

Cela n’empêche pas les personnes qui ne veulent pas se lancer dans la fabrication de se poser des questions sur les sites marchands qui prétendent vendre un produit digne de ce nom. Seule l’expérience peut justifier si une solution est efficace ou pas et même dans ce cas il faut veiller que cela dure dans le temps, autrement dit, une société peut-être rachetée par une autre et le produit se dégrader ou s’améliorer.

Cordialement,

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

De l’argent colloïdal pour apaiser une rage de dent

Je viens de découvrir l’intérêt de l’argent colloïdal pour apaiser une rage de dent. En effet, j’ai mon neveu qui depuis deux jours se plaint d’une rage de dent. Il nous semble que c’est un début de carie et en attendant d’aller chez le dentiste, le mal de dent le lance régulièrement. Hier soir, il demande comme d’habitude un bain de bouche pour calmer le mal, je lui donne plutôt de l’argent colloïdal pour se laver la bouche et surtout l’endroit où cela lui fait mal.

Cet après midi, il revient me voir en demandant si je peux lui donner de l’argent colloïdal, je lui demande pourquoi, il me dit qu’il a encore mal, je lui demande comment était-ce la veille après s’être fait un bain de bouche avec de l’argent colloïdal. Il me dit que c’était bien, cela lui a calmé le mal. Alors je lui demande de reprendre et surtout de me dire si cela est efficace. Il se fait trois bains de bouche de 5 minutes à peu près et puis je l’entends plus, je demande une heure après s’il a toujours mal. Il me dit non.

Bon, j’avais déjà lu dans plusieurs témoignages que l’argent colloïdal pour les maux de dents ou des abcès dentaires était efficace. Je viens d’avoir la confirmation. Quelque chose me dit que si on prolonge le traitement avec de l’argent colloïdal, on peut même guérir une carie entièrement et puis après il faut certainement passer chez le dentiste. Mais pour le moment je ne l’ai pas expérimenté, donc il ne faut pas prendre mes propos comme argent comptant.

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Une étude scientifique sur la manière dont les nanoparticlues d’argent peuvent détruire les bactéries

Les scientifiques ont découvert que les fluides les plus importants de l’organisme sont de nature colloïdale, particules ultra-fines en suspension. Par exemple, le sang véhicule de l’énergie et de l’oxygène aux cellules du corps.

Cela a conduit à des études avec l’argent colloïdal (obtenu par la méthode électrique). Un processus électro-chimique, qui est connu pour être la meilleure méthode pour la fabrication de l’argent colloïdal.

L’argent colloïdal semble être un puissant antibiotique naturel et aussi bien dans la lutte que la prévention contre les infections. Agissant comme un catalyseur, il désactive l’enzyme dont les bactéries unicellulaires, les virus et les champignons ont besoin pour oxygéner leur métabolisme. Ils les étouffent sans préjudice aux enzymes de l’homme ou des parties du corps humain de façon chimique. Le résultat est la destruction des organismes pathogènes dans le corps et dans l’aliment.

Des particules de taille nanométrique d’argent ont été synthétisées par condensation de gaz inerte. Cette technique est basée sur l’évaporation d’un métal dans une atmosphère inerte avec le refroidissement subséquent pour la nucléation et la croissance des nanoparticules.

La taille et la structure des nanoparticules ont été analysées avec un microscope électronique à transmission (MET). La stabilité des nanoparticules a été examiné en les exposant à des conditions ambiantes pendant un mois. L’efficacité antibactérienne des nanoparticules a été étudiée par l’introduction de particules dans un milieu contenant des bactéries.

Les enquêtes sur les propriétés antibactériennes de l’argent ont été réalisées en solution et sur des boîtes de Petri. Les nanoparticules d’argent ont montré leur efficacité antibactérienne à de faibles concentrations. Les propriétés antibactériennes dépendent de la superficie totale de contact avec les nanoparticules (ce point fera l’objet d’un article prochainement).

Les particules les plus petites avec un plus grand rapport surface/volume fournissent une meilleure efficacité antibactérienne. Les nanoparticules d’argent sont complètement cytotoxiques à Escherichia coli pour les concentrations de surface aussi bas que 8 mg de Ag/cm2.

Par l’examen de la teneur en protéines phosphatases provenant des bactéries à gram positif ou négatif  en utilisant un anticorps monoclonal spécifique, les effets possibles des nanoparticules sur la transduction du signal de la croissance bactérienne peuvent être étudiés.

La phosphorylation des différents substrats de protéines est maintenant bien établie chez des espèces bactériennes et influence la transduction du signal de la croissance bactérienne. Presque aucun changement dans le profil de la protéine tyrosine phosphorylée a été observé dans le cas du Staphylocoque doré traité avec des nanoparticules d’argent, cependant, il y a eu une déphosphorylation sensible de deux peptides de masses relatives 150 et 110 kDa dans E. coli et S. typhi exposés à des nanoparticules.

Les résultats présents, ainsi que les interactions signalées des nanoparticules d’argent avec les enzymes thiol et l’ADN génomique bactérienne, peuvent expliquer l’effet inhibiteur des nanoparticules sur la croissance des bactéries à gram négatif.

Fait intéressant, la phosphorylation des protéines tyrosine kinases impliquées dans la biosynthèse des exopolysaccharides et de polysaccharides capsulaires et les transports ont été signalés dans un certain nombre de bactéries à gram négatif et positif.

En conclusion, les nanoparticules d’argent présentent une large distribution de taille et de morphologie à facettes très réactif. Le principal mécanisme par lequel les nanoparticules d’argent manifestent des propriétés antibactériennes est l’ancrage et la pénétration de la paroi bactérienne, et de moduler la signalisation cellulaire par une  déphosphorylation présumée des principaux substrats de peptides sur les résidus de tyrosine.

Les nanoparticules d’argent agissent principalement de trois sortes sur les bactéries à gram négatif.

  • Selon que leur taille est de l’ordre de 1 à 10 nm, celles ci s’attachent à la surface de la membrane cellulaire et perturbe considérablement son fonctionnement, comme la perméabilité et la respiration.
  • Elles sont capables de pénétrer à l’intérieur des bactéries et causer d’autres dommages éventuellement par l’interaction avec du soufre et des composés phosphorés tels que l’ADN.
  • Elles libèrent des ions d’argent, qui ont une contribution supplémentaire à l’effet bactéricide de l’argent.

Bien que la lyse des cellules bactériennes pourrait être l’une des raisons pour lesquelles la propriété antibactérienne des nanoparticules d’argent a été observée, ces dernières peuvent également moduler le profil de tyrosine des  peptides d’origine bactérienne, ce qui pourrait donc affecter la transduction du signal des bactéries et inhiber la croissance des organismes.

L’effet est dépendant de la dose et est plus prononcée contre les bactéries à Gram négatif que les organismes à Gram positif. L’effet antibactérien des nanoparticules est indépendant de l’acquisition de la résistance des bactéries aux antibiotiques. Toutefois, d’autres études doivent être menées afin de vérifier si les bactéries développent une résistance envers les nanoparticules et d’examiner la cytotoxicité des nanoparticules envers les cellules humaines avant de proposer leur utilisation thérapeutique.

Source voir ci-dessous :

NANOTECHNOLOGY IN MEDICINE AND ANTIBACTERIAL EFFECT OF SILVER NANOPARTICLES

MRITUNJAI SINGH, SHINJINI SINGH, S. PRASAD, I. S.GAMBHIR
Department of Medicine, Institute of Medical Sciences, Banaras Hindu University,
Varanasi, INDIA-221005
Biochemistry & Molecular Biology Lab., Department of Zoology, Banaras Hindu
University, Varanasi, INDIA-221005

Digest Journal of Nanomaterials and Biostructures Vol. 3, No.3, September 2008, p. 115 – 122

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Œdème de Quincke

J’ai ma belle-sœur qui récemment s’est achetée une crème cosmétique dans une pharmacie qu’elle a payée assez chère. Elle l’applique à son visage et peu de temps après elle a un œdème au visage, gonflement impressionnant d’une joue. Elle va voir le médecin qui lui prescrit devinez quoi ? Facile à trouver ! De la Cortisone évidemment.

Elle nous en parle et je lui fais parvenir une bouteille de 75 cl d’argent colloïdal. Hier soir au téléphone, elle me remercie en disant qu’elle ne pouvait rien mettre d’autre que de l’argent colloïdal sur son visage tellement elle souffrait. L’application de l’argent colloïdal (ionique) a largement apaisé ses souffrances. Elle en prenait également par voie orale. Elle m’a remercié de lui avoir donné de l’argent colloïdal.

Son œdème est maintenant du passé.

PS :

J’ai reparlé avec elle depuis que j’ai écrit cet article, elle m’a précisé que le gonflement était quasi instantané et sur tout le visage. Elle a demandé à la pharmacie le remboursement intégral et cette dernière lui a rendu 35 euros, cette crème provient de la société biotherm.

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Eau distillée laissée à l’air

Depuis une petite semaine, j’ai laissé à l’air de l’eau distillée dans un petit flacon. J’ai fait cette expérience pour confirmer certains de mes dires dans les articles tels que, Retour d’expériences d’un lecteur sur l’effet Tyndall lors de la fabrication d’argent colloïdal, Question concernant la qualité de la solution d’argent colloïdal et surtout cet article Avec quoi peuvent se combiner les ions d’argent (Ag+) dans une solution d’argent colloïdal dans le quel j’ai abordé la réaction du CO2 avec les molécules d’eau H2O présentes dans l’eau distillée.

Quelles sont mes mesures obtenues suite à cette expérience simple à réaliser chez soi. J’ai donc versé un peu d’eau distillée dans un flacon et j’ai mesuré la pureté de l’eau avec mon appareil (voir l’article Comment déterminer la pureté de l’eau pour la fabrication de l’argent colloïdal?), j’ai obtenu 0,6 μS/cm (il était 19h00).

Une heure plus tard, la mesure a donné 0,8 μS/cm, à 22h00 elle était aux alentours de 1.0 μS/cm. Le lendemain matin à 7h00, la mesure indiquait 1,4 μS/cm et vers 21h00 1,8 μS/cm. En 24 heures, la charge ionique avait doublé. J’ai laissé encore le flacon ouvert et 24 heures après, l’appareil indiquait 2.0 μS/cm et encore 24 heures après 2,8 μS/cm.

Bon, alors à quoi cela sert de mesurer la conductivité de l’eau distillée laissée à l’air, tout simplement pour montrer qu’une eau distillée ne reste jamais à l’identique. Vous achetez de l’eau distillée d’un litre, vous ouvrez la bouteille , l’utilisez, au contact de l’air elle va changer de constituants ioniques. Si vous la laissez à l’air pendant la fabrication de l’argent colloïdal, il y aura des éléments ioniques (voir l’article Avec quoi peuvent se combiner les ions d’argent (Ag+) dans une solution d’argent colloïdal), la solution sera plus acide et donc plus conductrice.

Pour le moment, j’émets l’hypothèse que la charge d’argent ionique sera plus importante que les particules d’argent et donc l’effet Tyndall moins important. J’ai bien dit que c’est une hypothèse, les prochaines recherches permettront d’infirmer ou de confirmer cette hypothèse. Il se peut également que l’augmentation de la charge ionique de l’eau distillée au contact de l’eau ne soit pas la seule cause de l’affaiblissement de l’effet Tyndall.

On peut cependant confirmer qu’une bouteille d’eau distillée une fois utilisée ne peut contenir la même eau au sens chimique, à moins de la distiller de nouveau ou la passer dans un échangeur d’ions pour la purifier de nouveau.

Donc à suivre …

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Nouveau témoignage de ma belle mère

L’autre jour, je discute avec ma belle mère qui me dit qu’il lui reste qu’un seul litre d’argent colloïdal, traduction, il faudrait que tu passes m’en faire. Je lui demande de se calmer, cela risque de devenir une sorte de drogue qu’elle doit faire attention. Sur ce elle me dit qu’elle a regardé ses carnets de l’année dernière et qu’elle a remarqué qu’entre cette année et l’année précédente, il n’y a pas photo. La seule chose qu’elle a dû inscrit dans son carnet cette année, c’est que depuis la prise d’argent colloïdal, aucun signe de faiblesse pendant la période hivernale et s’il y a eu; une résorption.

Pour ma part, je suis également satisfait pour le moment vis à vis de mes allergies de rhume. J’ai mis mes deux pieds avec assurance dans le printemps et je guette les premiers signes d’apparition de ces dernières.

A suivre …

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Témoignages Étiquettes :

Une étude parmi tant d’autres effectuée par des chercheurs sur les nanoparticules d’argent

Il y a quelque temps de cela, je suis entré en contact avec un chercheur physicien ouzbek, qui s’appelle R.R. KHAYDAROV de l’institut de Physique Nucléaire situé à Ulugbek, 100214 Tashkent, Uzbekistan. Ce monsieur a travaillé avec 4 autres chercheurs australien (spécialiste de métaux), russe, allemand (un chimiste) et un sud coréen.

Alors, vous allez me dire pourquoi aller si loin, n’y-a-t-il pas de chercheurs en France ? Eh bien si, c’est juste que je suis tombé par hasard sur son adresse de courrier électronique, j’ai tenté ma chance en lui adressant un courrier pour obtenir son étude et ce dernier me l’a transmise prestement.

J’ai donc commencé à la lire et je l’ai trouvée très intéressante. Premier point, c’est le demandeur de l’étude qui m’a interpellé, devinez qui est le demandeur ? C’est l’OTAN, du moins je suppose, car c’est l’insigne de l’OTAN que l’on remarque quand on ouvre le document avec l’inscription « NATO Science for Peace And Security Programme ». Cette étude s’insère dans un livre dont le numéro ISBN est 978-1-4020-9489-7.

Bon, après ces quelques préliminaires, que découvre-t-on d’intéressants pour nous autres communs des mortels ?

Le but recherché est l’étude bactéricide de l’argent.

Je cite

L’effet bactéricide de l’argent sous forme nanoparticulaire (obtenu grâce à un procédé électrochimique original) sur Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Aspergillus Niger et des cultures Penicillium phoeniceum a été étudié. Les tests effectués ont démontré que la synthèse des nanoparticules d’argent – une fois ajoutée à de la peinture à l’eau (étrange n’est-ce-pas ?) ou des tissus de coton montrent un effet antifongique et antibactérien prononcé. Il a été montré que les petites nanoparticules d’argent ont une plus grande efficacité antibactérienne et antifongique. Le document propose également une revue de la littérature scientifique concernant les développements récents dans le domaine de la toxicité des nanoparticules d’argent et ses effets sur l’environnement et la santé humaine.

Fin de citation

Maintenant, je vous propose de regarder quelle est cette méthode électrochimique originale pour fabriquer des nanoparticules d’argent. Eh bien, je vous dis que nous en sommes pas très loin. Voyons cela de près.

Je cite

Le processus de synthèse électrochimique de nanoparticules d’argent est basé sur une méthode peu coûteuse de deux électrodes en argent placées à la verticale, qui forment l’anode et la cathode, face-à-face à 10 mm de distance. Les électrodes sont immergées dans une cellule électrochimique remplie avec 500 ml d’eau distillée obtenue à l’aide d’un distillateur de marque DE-25 fabriqué en Russie.

Dans les essais rapportés ici, l’électrolyse a été effectuée pendant 1 h à la plage de température de 325-340 kelvin (52-67 °c) avec une tension constante de 20 volts, un changement de polarité du courant électrique entre les électrodes avec une périodicité de 4 min, ainsi qu’une agitation vigoureuse au cours du processus de l’électrolyse ont été appliqués afin de réduire l’agglomération des particules. Les nanoparticules d’argent ainsi obtenues  ont été stockées dans des récipients en verre dans des conditions normales de température et de pression.

Fin de citation

Qu’ont-ils découvert dans leur solution obtenue ?

Je cite :

Il a été démontré par des mesures DLS (Dynamic Light Scattering en français mesure par Diffusion dynamique de lumière ou ici) qu’un échantillon de la solution obtenue comme décrit ci-dessus ne contient pas seulement des nanoparticules d’argent (en effet, ils considèrent les petites particules d’argent et les ions d’argent qu’ils réduisent à des atomes d’argent comme des particules nanométriques), mais aussi une petite quantité de particules d’argent sous forme colloïdale dont leur taille est supérieure à 100 nm .

Fin de citation

Grâce à des techniques de filtration et de réduction chimique de

Ag+1(cation d’argent) + e → Ag°(atome d’argent)

et

Ag2O + H2O2 → 2Ag +H2O + O2

ils réduisent le ratio entre les particules d’argent et des ions d’argent.

Pour ce qui est de la concentration de l’argent sous forme nanoparticulaire.

Je cite :

L’effet antibactérien des colloïdes d’argent avec les concentrations de 47.5, 42.5, 22.6 et 11.3 ppm est présenté vis-à-vis de celui des antibiotiques connus. Les concentrations d’argent ont été sélectionnées de manière à correspondre aux concentrations maximales d’argent utilisées dans des « nanoproduits » de consommation qui sont actuellement disponibles sur le marché.

La comparaison des zones d’inhibition de croissance (voir ici pour plus de détail) autour des disques imprégnés de divers antibiotiques et des nanoparticules Ag, l’on peut voir que la solution d’argent sous forme de nanoparticules démontre un effet antimicrobien certain. L’intensité de l’effet est augmentée avec la concentration de la solution.

… en considérant que la concentration d’argent utilisée dans l’expérience a été environ 20 fois inférieure à celle des antibiotiques, on peut s’attendre à ce que les nanoparticules d’argent seraient mieux que (l’ampicilline, la pénicilline et Tétracycline) les antibiotiques avec les mêmes concentrations.

… les nanoparticules d’argent auraient une plus grande efficacité antibactérienne, si leur taille était petite. Les essais CMI (en anglais MIC Minimum Inhibitory Concentration) Concentration Minimale Inhibitrice menés ont également montré clairement que la technique électrochimique proposée permet une très haute activité antimicrobienne des nanoparticules d’argent.

… nous supposons que ces résultats sont principalement liés à la haute pureté des nanoparticules obtenues par notre technique électrochimique sans tensioactifs.

Nos récents essais microbiologiques ont confirmé l’effet antifongique de la peinture à l’eau modifiée avec des nanoparticules d’argent sur des cultures d’Aspergillus Niger et de Penicillium phoeniceum. Il a été montré en particulier que la concentration de 20 ppm de nanoparticules d’argent (taille moyenne de 50 nm) et une concentration de 3 ppm (taille moyenne de 15 nm) ont les mêmes effets antifongiques, des nanoparticules d’argent plus petites avaient une plus grande efficacité antifongique à des concentrations plus faibles.

Des essais sur des tissus de coton modifiés à l’aide de nanoparticules d’argent, dans lesquels une solution à 20 ppm  d’argent (Ag) avec des tailles moyennes de 50 nm a été utilisée, ces tests ont confirmé aussi leurs effets  antibactériens et antifongiques; La croissance de ces espèces de champignons dans le voisinage des échantillons traités avec une solution colloïdale de nanoparticules d’argent (Ag) a été supprimée.

Fin de citation

Alors quels sont les effets secondaires sur l’environnement et sur les humains ?

Je cite :

Malheureusement, les études existantes sur la « nanotoxicité » ont été concentrées sur une évaluation empirique de la toxicité des différentes nanoparticules, avec moins d’égards accordé à la relation entre les propriétés des nanoparticules et de toxicité. Ainsi, il existe un besoin évident pour de nouvelles études sur le développement d’une base de données sur l’efficacité bactéricide des nanoparticules d’argent comme une fonction de leur taille et la composition.

Les matériaux à base d’argent ont été largement utilisés au cours des dernières décennies dans le domaine médical,  des laboratoires photographiques, etc. Il n’y a pas longtemps, le rejet annuel d’argent dans l’environnement à partir de déchets industriels et des émissions a été estimé à environ 2500 tonnes, dont 150 tonnes ont fini dans les eaux usées.

les concentrations maximales d’argent rejetées dans l’environnement sont réglementées par les agences de protection environnementale à différents niveaux dans différents pays. La toxicité de l’argent dans l’environnement a été bien documentée dans des études menées au XXe siècle. Ces études montrent que l’argent est  principalement toxique dans la phase aqueuse et sa toxicité dépendrait de la concentration des ions d’argent libre.

Quant à l’impact sur la santé humaine, la littérature scientifique du siècle dernier a cité notamment des cas de décoloration gris-bleu de la peau (argyrie) ou des yeux (argyrose) survenant lorsque le seuil accepté pour l’argent et ses composés a été dépassé.

Au XXIe siècle, la croissance importante des demandes de nanoparticules d’argent dans diverses branches de l’industrie ainsi que son utilisation dans des produits de consommation a causé de nouvelles préoccupations. Les nanoparticules d’argent pourraient avoir un effet toxique sur l’environnement et la santé humaine. Il y a une perception publique que les nanoparticules d’argent n’exercent pas de discrimination entre les différentes souches de bactéries et sont susceptibles de détruire les microbes bénéfiques à d’autres organismes et les processus écologiques.

Malheureusement, seules quelques enquêtes scientifiques sur la cytotoxicité de nanoparticules d’argent ont été menées à ce jour. Par exemple, des tests de toxicité in vitro des nanoparticules d’argent dans les cellules de foie de rat par Hussain et al. ont montré que l’exposition à de faible niveau donnait lieu à un stress oxydatif, de la contraction cellulaire et de l’affaiblissement de la fonction mitochondriale. Les nanoparticules d’argent sont également apparus comme étant très toxiques pour les cellules souches germinales in vitro des souris, ainsi elles réduisent radicalement la fonction mitochondriale et provoquent une fuite accrue des ions à travers les membranes cellulaires.

… en considérant les études sur la cytotoxicité des nanoparticules, il est important de garder à l’esprit que les résultats obtenus in vitro peuvent différer de ce qui se trouve in vivo et ne sont pas nécessairement cliniquement pertinents, il convient également de noter que certaines études sur la cytotoxicité d’argent rapportées ont été effectuées en utilisant des concentrations anormalement élevées des nanoparticules d’argent.

… Il serait juste de dire que le mécanisme de l’effet bactéricide des nanoparticules d’argent n’est pas bien compris pour le moment. Lok et al. ont récemment rapporté que «les nanoparticules d’argent représentent un système physico-chimique particulier qui confère leur activité antimicrobienne aux ions d’argent Ag+ ».

Si cette conclusion est vérifiée alors la plupart de bioaccumulation et les questions relatives à la toxicité des nanoparticules d’argent peuvent être considérées comme du point de vue du potentiel toxique des ions d’argent, qui est documenté suffisamment bien. Comme en vertu de conditions environnementales naturelles, l’argent ionique est facilement transformé en composés non réactifs, cela signifierait que les risques environnementaux de la toxicité des nanoparticules d’argent ne sont pas aussi graves que la perception populaire le prétend …

Fin de citation

Bon voilà, la méthode de fabrication de l’argent colloïdal que nous autres utilisons ne diffère pas énormément avec celle utilisée par ces chercheurs. Il n’est pas utile d’investir beaucoup d’argent dans des appareils sophistiqués pour en fabriquer. Cette étude a été réalisée il y a tout juste un an, en juin 2009. Si vous êtes intéressés par les références, il faut regarder dans le document ici. Il m’a fallu un jour complet pour étudier et traduire quelques passages de l’étude. J’espère que cela pourra vous servir.

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

A quelle température devra être l’eau lors de la fabrication d’argent colloïdal ?

Je viens de recevoir un courrier d’un lecteur qui me demande à quelle température devrait être l’eau lors de l’électrolyse pour fabriquer de l’argent colloïdal ? Voir son courrier ci-dessous.

Bonjour,

Je me suis procuré le SG7 PRO et j’aurais aimé savoir à quelle température adéquate l’eau devait être pendant l’électrolyse, merci pour votre travail !

Cordialement, Olivier.

Cher monsieur, il n’y a pas de préconisation particulière concernant l’eau, personnellement, j’aime autant fabriquer à température ambiante, cependant, il m’est déjà arrivé d’en fabriquer à une température chaude, c’est-à-dire, je peux prendre le bécher avec mes mains sans que celles ci se brûlent. D’ailleurs les cinq litres que j’ai produits pour ma belle mère (voir ce message Nouveau témoignage de ma belle mère sur l’argent ionique (colloïdal)) étaient issus d’une eau distillée chauffée avant et pendant. Attention, il ne faudrait pas apporter l’eau à ébullition bien évidement. En fait, j’ai fait cela parce que le temps me manquait. Voir cet article qui parle de comment accélérer l’électrolyse Accélérer l’électrolyse dans la fabrication de l’argent colloïdal.

Si j’ai le temps, j’aime autant laisser les choses se faire sans forcer la nature.

Bonne préparation,

Cordialement,

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Retour d’expériences d’un lecteur sur l’effet Tyndall lors de la fabrication d’argent colloïdal

Je viens de recevoir un courrier d’un lecteur du blog qui souhaite partager son expérience de l’effet Tyndall remarqué lors de la fabrication d’argent colloïdal. Ci-dessous son courrier :

Bonsoir,

Je voudrais apporter ma propre expérience concernant cet article Question concernant la qualité de la solution d’argent colloïdal

En effet, il arrive quelquefois que l’effet Tyndall est très visible et d’autres fois, moins, la notice du Silvergen explique que les colloïdes sont visibles au laser alors que les ions ne le sont pas, il en résulte donc que la solution est plus ionique, lorsque le laser est faible.

Je ne sais pas pourquoi, même ppm, même eau, donne des solutions différentes.

Ma dernière préparation (environ 8ppm), a pris une légère teinte jaune, tout en restant transparent, cette teinte est apparu le lendemain, j’ai voulu la jeter puis en faisant quelques recherches, j’ai vu que finalement c’était le résultat d’une bonne homogénéité, mais il ne fallait pas que la solution devienne trouble, comme quoi. Une fois, j’ai fait du 25ppm, en 24h avec le Silvergen, puis une autre fois, je n’ai pas pu depasser le 17ppm en 30h.

Enfin en conclusion, je ne sais pourquoi mais une taxe est apparue sur le SG6, tous ceux qui l’ont commandé dernièrement ont eu environ 70 euros de frais à rajouter, chose qu’il n’y avait pas quand j’ai eu le mien début janvier.

Merci pour votre blog,
Richard

Merci Richard pour votre contribution,

En effet, comme évoqué dans l’article que vous citez dans votre courrier, il serait intéressant de noter tout ce qui peut de loin ou de près interagir dans la fabrication d’argent colloïdal, comme par exemple le voltage, la température, la pression, voire même les cycles lunaires ??? Peut-être que ce n’est rien de tout cela, quoique le voltage doit avoir une action, peut-être la distance entre les électrodes, mais il me semble que sur l’appareil que vous utilisez, la distance entre les électrodes n’est pas réglable et le voltage doit être le même entre deux préparations d’argent colloïdal. Peut-être qu’il faudra pencher vers l’air ambiant si du moins lors de la préparation, la solution est à l’air, quoique, je ne pense pas que l’appareil SG6 le permette.

Bon, je pense que c’est un sujet qui mérite un approfondissement. Pour ce qui est de l’apparition de la couleur jaune le lendemain. Il m’est déjà arrivé le phénomène. Beaucoup moins depuis que je maitrise la fabrication et que je m’assure lors du nettoyage du bécher  qu’il n’y a pas de dépôts d’argent pour une nouvelle préparation. Depuis un mois à raison d’une préparation d’un litre par semaine, je n’ai pas rencontré ce phénomène. Je pencherai plus vers l’éventualité d’une solution pas tout à fait stable, mais pareil, il faudra plus que des suppositions.

Merci encore et bonne continuation Richard,

Cordialement,

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Nez bouché et argent colloïdal suite

Dans l’article Question sur l’utilisation de l’argent colloïdal avec un nébuliseur « Aerosol Sonique Atomisor » un lecteur me demandait quelle était dont cette armée fatale qui me permettait de déboucher le nez et ma réponse fut Argent Colloïdal. Il est vrai que nous autres humains occidentaux sont de plus en plus habitués à tout, toute de suite. Il me faut l’écran plat (je ne sais quelle dimension) de suite et la société X nous offre un achat immédiat avec un échelonnement des paiements sur 10 fois et dans 24 heures, on nous le livre. Eh bien, dans le domaine de la médecine, c’est exactement pareil, nous avons pour la plupart perdu l’habitude de tomber malade, de rester bien au chaud pendant 4 jours sous la couverture à transpirer (je parle de ma propre expérience et je n’incite personne à faire de même) et laisser la nature faire le reste avec certainement un coup de main du médecin. Il nous faut le remède qui nous guérisse dans l’heure sinon, on remet en cause son efficacité.

Bref, pour revenir au sujet du nez bouché, il m’est arrivé il y a deux jours, le même phénomène rapporté par le lecteur (voir l’article cité ci-dessus) à savoir. Sorti de la piscine (mardi) je me couche et dors normalement et mercredi matin au lever, ma narine gauche bouchée. Je me dis, pas de problème j’ai mon argent colloïdal et en un rien de temps je vais régler cette affaire. Je prends une dose et je le vaporise dans le nez, je pars au travail avec deux doses d’argent colloïdal et le spray pour le nez. Pendant la journée je mets de l’argent dans le nez et je bois mes deux doses et le soir, rien à faire, cette narine gauche reste sèche et me gène dans la respiration. Le soir, je continue à boire deux doses. Je  fais une séance d’une durée de 20 minutes de nébulisation dans les narines avec l’appareil Aerosol Atomisor Sonique (je me dis je l’ai acheté et après tout, pourquoi pas essayer), et je me couche.

Ce matin jeudi, je sens que ça va mieux, de nouveau je bois deux doses avant de partir au travail et dans la journée deux autres doses. Ce soir, ma narine gauche a retrouvé toute sa capacité de respiration habituelle. Pour moi, une dose égale à peu près à un fond de verre normal, je ne mesure pas précisément à ml près.

Voilà donc une expérience de narine bouchée pour quelqu’un comme moi qui ne présente pas d’autres complications qu’un simple rhume sorti de la piscine.

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Témoignages Étiquettes : , , ,

La mesure de la concentration en ppm de l’argent colloïdal donnée par les appareils de mesure

Bon, dans cet article, je vais aborder la mesure en ppm (voir cet article La concentration des colloïdes dans l’argent colloïdal pour la notion de ppm) que nous autres faisons avec les appareils de mesure afin de connaître la concentration en colloïdes de la solution d’argent colloïdal.

Dans l’article ci-contre L’électrolyse ne fabrique pas de l’argent colloïdal mais de l’argent ionique, j’ai abordé le fait que l’électrolyse fabrique essentiellement des ions d’argent et très peu de particules d’argent en proportion. Or il y a une idée fausse très répandue qui prétend que la concentration d’argent peut être déterminée en mesurant la conductivité électrique. Cette croyance erronée est favorisée par les sociétés qui vendent de l’argent ionique communément appelé argent colloïdal ou des générateurs pour les personnes qui veulent en fabriquer chez elles. Ces mêmes sociétés ou des revendeurs vendent également des appareils dénommés TDS (Total Dissolved Solids ou la quantité totale de solides dissous)  meter ou « Conductivimètre TDS Mètre » qu’ils prétendent avoir calibrés pour mesurer la concentration d’argent contenue dans une solution.

En effet, ces appareils mesurent la conductivité électrique de la solution, pas la quantité d’argent contenue dans la solution. Toute substance qui augmente la conductivité électrique d’une solution augmentera la mesure en concentration affichée par le capteur. Cette concentration affichée n’est qu’une indication de la conductivité électrique et n’a rien à avoir avec la quantité d’ions d’argent, on va dire que c’est une extrapolation.

Une solution peut contenir des sels solubles et ne pas contenir d’argent et pourtant une concentration supérieure à zéro, par exemple, les sels solubles dans l’eau augmentent la lecture de l’appareil TDS en concentration. Nous  ne pouvons pas uniquement s’en tenir à la mesure en concentration ppm pour déterminer la teneur en argent. La conductivité électrique ne peut être utilisée pour déterminer la concentration d’argent, à moins d’être sûr du contenu de la solution. Je vous présente deux flacons transparents avec la même concentration en ppm (par exemple 10 ppm) affichée sur un appareil et pourtant dans un flacon, il y a bien de l’argent ionique (colloïdal) et dans l’autre peut-être de l’eau minéralisée riche en minéraux.

D’autant plus que dans une solution d’argent colloïdal, les particules donc solides non dissous ne rentrent que très peu dans la mesure de la conductivité électrique (dans la mesure où ces solides sont en suspension dans l’eau supposée pure, ce qui présuppose non conductrice), c’est comme si on introduisait deux électrodes d’argent pur dans de l’eau distillée pure et on mesurait à l’aide de l’appareil de mesure la concentration en ppm .

Une détermination précise de la concentration en argent sous forme colloïdale  (particules et ions) nécessite l’utilisation de l’une des deux méthodes d’absorption atomique ou d’émission atomique par spectrométrie ou encore à l’aide d’un spectromètre de masse. La plupart des laboratoires utilisent soit une absorption atomique ou émission atomique à cause de leur coût avantageux par rapport à la méthode de spectrométrie de masse.

En conclusion, une mesure de la concentration en ppm n’indique pas forcément que nous sommes en présence d’ions d’argent ou de particules d’argent. En réalité, ces appareils mesurent la conductivité électrique et grâce à des formules transforment cette mesure en concentration.

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Que penser du générateur Silvonic pour fabriquer de l’argent colloïdal

Je viens de recevoir un courrier d’un lecteur me demandant ce que je pense du générateur Silvonic produit par la société Exilia pour fabriquer de l’argent colloïdal. Le courrier ci-dessous :

Bonjour,

Merci beaucoup de votre réponse, que pensez vous du pack Countertop distiller + Silvonic sur le site suivant tout en bas de page http://www.elixa.com/silver/Silvonic.htm

Merci beaucoup

Je suis donc allé voir leur générateur sur le site indiqué et personnellement, je le trouve simple et bien, un peu cher à mon goût. J’ai bien aimé le principe des trous prédéfinis afin d’insérer les électrodes, très innovant. Je n’ai rien d’autres à ajouter car encore une fois, je suis très mal placé, puisque je n’ai pas testé leur produit et personne m’a fait un retour d’expériences.

Cordialement,


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Nouveau témoignage concernant deux de mes enfants

Bon, ici je vais de nouveau reporter deux cas de rhumes et de toux soignés avec de l’argent colloïdal. C’est bien la dernière fois que j’évoque sur ce blog des cas de rhume ou de toux soignés dans la famille. Dans l’avenir, je reporterai uniquement des contre-exemples s’ils se produisent ou alors de cas non rencontrés.

Donc, comme évoqué dans l’article Bilan hivernal suite à la prise d’argent colloïdal, mon fils n’étant pas tombé malade au mois de février comme les autres années, a commencé à présenter des signes étranges samedi dernier, écoulement du nez et rhume, or croyant que ce n’était pas grand-chose et supposant que la période des allergies arrivant, nous ne nous sommes pas trop inquiétés. passé samedi, dimanche, il commence à tousser et au réveil il présentait un petit mal de gorge. Et donc, à ce moment ci, je lui ai demandé de prendre de l’argent colloïdal de façon intensive (toutes les deux heures, un fond de verre), nous avons diminué le dosage lundi à cinq pour toute la journée de lundi et donc ce matin mardi, il ne présentait plus aucun signe de faiblesse, ni d’écoulement.

Pour ce qui est d’une de mes filles, elle présentait les mêmes signes de faiblesse et le même traitement lui a été administré et toujours en cours. Bon, dans la famille, la prise d’argent colloïdal devient de plus en plus le traitement de base, un peu comme le produit miracle, maintenant, une autre phase s’impose, les éduquer de manière à ne pas en abuser. De toutes les façon, la vie n’est qu’une poursuite d’apprentissage, d’éducation et de remise en question, n’est ce pas ?


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Témoignages Étiquettes : , , ,

Comment débuter avec l’argent colloïdal ?

Je viens de recevoir un courrier d’un lecteur du blog qui me demande comment débuter avec l’argent colloïdal ? Voir son courrier ci-dessous.

Bonjour

Pouvez vous me dire quel est le meilleur appareil pour fabriquer de l’argent colloïdal et facile d’utilisation ?? Quelle eau doit-on utiliser ? Je suis débutant donc je n’y connais rien et je ne veux pas faire n’importe quoi.

Merci

Tout d’abord, cher Monsieur, comme vous dites si justement vouloir éviter de faire n’importe quoi, je vous invite à commencer à lire le livre de Frank Goldman (il doit se trouver quelque part sur internet) si vous ne l’avez pas encore fait. Au cas où vous ne l’avez pas lu, n’hésitez pas à lire les différents articles écrits sur ce site. Très souvent, des références du livre sont reportées dans les articles. Vous avez un moyen de voir tous les articles d’un seul bloc dans l’onglet intitulé « Les articles » prévu à cet effet.

Pour revenir à vos interrogations, je comprends tout à fait la confusion, je suis passé par là. Je vais cependant indiquer quelques articles qui vont je l’espère vous aider à démarrer, en attendant d’écrire un petit livret, car je constate que vous n’êtes pas le premier et sans doute pas le dernier qui me contacteront à ce sujet.

Si on devait être synthétique, il faut :

  1. Des électrodes d’argent pur voir les nombreux articles dont celui ci => Qualité des électrodes ou des pièces d’argent pour fabriquer de l’argent colloïdal.
  2. De l’eau pure, lire les deux articles ci-contre => Quelle eau pour l’argent colloïdal ? et Quelle eau utilise je pour fabriquer de l’argent colloïdal ?.
  3. Procéder à l’électrolyse => Dans l’article ci contre, La fabrication de l’argent colloïdal je cite le site qui m’a permis de démarrer. Sinon lire les articles dont celui-ci qui parle de l’électrolyse proprement Comment l’électrolyse produit des particules d’argent dans la fabrication de l’argent colloïdal.
  4. De la patience et de la vigilance.

Si vous optez pour un appareil, ce qui semble être votre cas, alors je vous invite à lire cet article => Demandes émanant d’un lecteur sur la fabrication d’argent colloïdal et des produits commerciaux d’argent colloïdal

Si toutefois et après lecture du livre de Frank Goldman ou du blog des points précis restent obscurs pour vous, n’hésitez pas à reprendre contact, j’essaierai d’apporter une réponse dans la mesure du possible.

Bon courage,

Cordialement,


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Généralités Étiquettes : , ,

Question concernant la qualité de la solution d’argent colloïdal

J’ai reçu une question d’un des lecteurs du blog, concernant la qualité de l’argent colloïdal obtenu avec un appareil commercial. Ci-dessous le courrier envoyé.

J’ai une question sur la qualité de ma solution. J’utilise la machine SG 6 AUTO de chez Silvergen. J’ai pris cette machine, car elle reviens souvent dans les forums. Je n’ai rien à dire sur la qualité de la solution d’environ 15 ppm que j’ai obtenue les 2 premières fois, que j’ai testé avec le laser.
Celui ci traverse bien la bouteille en faisant apparaitre un faisceau lumineux intense. La 3ème fois que j’ai utilisé la machine, j’ai testé ma solution d’argent colloïdal, mais le faisceau est moins lumineux on le distingue beaucoup moins que dans les premières solutions. j’ai réessayé 2 autres fois mais la solution est la même. Peut-être que la réaction du début était dûe au électrodes neuves. Pourtant je respecte la même méthodologie.
La solution a le même goût, peut-être que cela est normal, car j’en ai pris lors de mon retour de Maroc ou j’ai attrapé un mal de gorge et un nez qui coule, en deux jours je n’avais plus de symptôme.

Qu’en pensez vous ? Est ce que la luminosité du faisceau est un signe de qualité ? Faites vous le test du laser à chaque fois?

Merci de votre réponse.
Fabien

Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour votre don de ce jour d’un montant de 5 euros. Sachez que sur les cinq euros consentis généreusement, Paypal s’est octroyé généreusement 0,48 cents d’euros. Le reste du montant qui devrait me revenir, servira (en complément des autres dons à venir) pour l’achat d’un livre qui s’intitule The Body Electric: Electromagnetism and the Foundation of Life (Paperback). Bien évidemment, suite à la lecture de ce dernier, j’espère qu’il y aura des retombées dans ce blog concernant l’argent colloïdal.

Sinon, pour revenir à vos interrogations concernant la qualité de l’argent colloïdal, vous venez de faire l’expérience de l’effet Tyndall avec votre laser dont vous avez dirigé le faisceau lumineux vers votre solution colloïdale d’argent. L’effet Tyndall dont j’ai parlé de façon très succincte dans cet article Pourquoi le potentiel zêta dans l’argent colloïdal ? est un phénomène décrit sur le wikipédia ici.
Comme évoqué dans beaucoup d’articles dont celui ci Comment l’électrolyse produit des particules d’argent dans la fabrication de l’argent colloïdal, l’électrolyse produit principalement des ions d’argent mais aussi des atomes d’argent qui s’agglutinent pour donner des particules d’argent. Les ions d’argent sont dissous dans l’eau, alors que les particules d’argent ne le sont pas. Ces particules d’argent en suspension donc des colloïdes reflètent la lumière émise par le faisceau du laser, qui traverse la solution colloïdale. Ceci est donc l’effet Tyndall. L’intensité du phénomène est linéairement proportionnelle à la concentration des particules suspendues et au cube de leurs dimensions, dixit Wikipédia (pour les plus curieux, si le temps me permet, je me documenterai et produirai un article rien que sur ce phénomène).

Donc, il est fort possible que les deux premières fois, vous ayez produit davantage de colloïdes d’argent ou voire avec une meilleure répartition que les fois suivantes. La concentration en ppm que vous mesurez ne prend pas en compte les colloïdes d’argent (je déborde sur un article que je comptais produire un de ces jours), en effet, la mesure de concentration que donnent les appareils tels que TDS meter ne sont pas correctes. Je ne vais pas m’étendre la dessus, ceci est le sujet d’un autre article. Tout ceci pour dire que la concentration obtenue n’a rien à avoir avec la répartition des colloïdes et leur nombre.

Ce qui serait intéressant, c’est de noter à chaque fois le procédé de fabrication et de comparer pour comprendre les différences obtenues. Il suffit de peu de choses pour obtenir une solution colloïdale différente d’un procédé de fabrication à un autre, et parfois même avec le même procédé de fabrication obtenir une solution différente par rapport à celle d’avant.

Est-ce que cela vient des électrodes qui étaient neuves ? Je n’en sais rien, j’opterai personnellement pour un non, mais en même temps je n’ai aucun moyen de vérifier, à part me documenter. Il se peut que l’eau distillée utilisée ne soit pas la même, je pencherai plus pour une analyse de l’eau distillée. Si l’eau distillée n’est pas assez pure, alors il y a de fortes chances que vous fabriquiez plus de sels d’argent que de colloïdes, puisque les ions vont se combiner d’avantages avec des composés de type anion qu’avec un électron à proximité de l’anode pour redevenir des atomes d’argent. Ce que je viens de dire est une supposition et ce n’est pas la parole d’évangile. Mais j’examinerai d’abord du côté de la pureté de l’eau distillée que des électrodes. A moins que les électrodes aient été très sales ???

Pour ce qui est de l’eau distillée, comme évoqué dans les articles à ce sujet et notamment celui ci Avec quoi peuvent se combiner les ions d’argent (Ag+) dans une solution d’argent colloïdal, elle est vorace en terme d’impuretés, c’est à dire qu’au contact de l’air, elle veut se mettre en équilibre chimique, c’est pour cela que lors de la fabrication, moins j’interviens mieux la solution peut se porter. Ici, je m’avance peut-être un peu, c’est-à-dire que c’est mon avis et pas l’avis d’un chimiste (que je ne suis pas d’ailleurs).

Pour conclure, vous me demandez comment se passe pour moi lors de l’utilisation du laser, hélas, je suis navré de vous dire que je n’utilise pas de laser, cela doit être sympa juste de voir l’effet Tyndall et rien que pour le montrer à mes gamins, je pense que j’en achèterai prochainement.

Eh bien, j’espère que par ces quelques mots, j’ai avancé un petit peu le Schmilblick 🙂


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Question sur l’utilisation de l’argent colloïdal avec un nébuliseur « Aerosol Sonique Atomisor »

Je viens de recevoir un courrier d’un lecteur sur le nébuliseur « Aerosol Sonique Atomisor » que j’ai utilisé, ci-dessous le contenu du courrier.

bonjour
je suis tombé sur ton blog, chapeau il n’est pas mal il y a beaucoup de témoignages et il y en un qui m’intéresse maintenant, c’est le nébuliseur.
J’ai l’emphysème et je dois prendre par jour 6 fois 2,5ml de Combivent ou de Duovent avec un aérosol ou (nébuliseur) plus vous en prenez et plus vous descendez en enfer, alors je voudrais savoir si on peut prendre de l’argent colloïdal en aérosol (nébuliseur). Si oui combien de ml en une fois, tu parles aussi que tu as une arme fatale contre le bouchage du nez peux tu me dire la quelle est cette arme ? Mon nez est bouché et très sec j’ai essayé tous les produits de la pharmacie, de l’homéopathie, des remèdes de grand-mère, bref tout, même le spray de l’argent colloïdal, je suis obligé de prendre de l’oxygène jour et nuit.
j’espère avoir un email le plus vite possible.
merci Marcel,

Cher Monsieur, tout d’abord, je vous souhaite bon courage, dans ces moments ci, nous les autres qui sommes en bonne santé ne savons pas comment aborder les souffrances des autres, à part peut-être dire bon courage, prompte rétablissement ou des « conneries comme ça ». Du moins, j’espère vous exprimer mon empathie par ces quelques lignes.

Toujours est-il qu’au sujet du nébuliseur, je ne suis pas plus avancé que vous à part le fait que j’ai essayé pendant 2 petites semaines chez moi avec un Aerosol  Sonique Atomisor loué à la pharmacie pour soigner une toux récurrente, je mettais dans le petit récipient la dose d’argent colloïdal (fabriqué par mes soins d’une concentration de 5 à 10 ppm) nécessaire et faisais une séance de 20 minutes par jour, ma toux n’étant pas une toux à me faire descendre aux enfers comme vous dites concernant vos ennuis de santé.

Mon médecin traitant n’a pas diagnostiqué d’asthme non plus. Il me semble que ma toux provienne de problèmes plus en amont, c’est-à-dire des rhumes mal soignés, lorsque mes conduits nasaux sont bouchés ou alors une partie de mon nasopharynx présentant un souci, ce ne sont que des suppositions.

Bref, tout en faisant mes séances de nébulisation, j’ai également pris des doses orales d’argent colloïdal et soigner mes yeux comme évoqué dans le précédent article publié. Je n’ai pas remarqué une différence majeure concernant ma toux sur le court terme. La seule chose que je remarque maintenant depuis lors, c’est un mieux au niveau de ma toux, est ce dû à une prise prolongée d’argent colloïdal ? Est-ce dû à une réaction psychosomatique ? en matière de nébuliseur, je serai mauvais conseiller. Il est vrai que je mentionne dans un de mes articles que j’en ai acheté un, mais aujourd’hui, je ne l’utilise pas.

Je vous invite à lire peut-être ce témoignage que j’ai traduit de l’anglais publié sur le blog d’un certain Monsieur  Témoignage d’un utilisateur d’argent colloïdal et notamment de Mesosilver® guéri de son asthme il me semble que le témoignage de ce dernier soit plus approprié que le mien. D’autres témoignages de personnes existent sur le net qui ont soigné leur maladie liée aux poumons avec de l’argent colloïdal. Je vous propose un extrait du livre de Frank Goldman (un livre à lire si vous ne l’avez pas encore fait) concernant des maladies de poumons ci-dessous :

Je cite

Dans le premier*, le Dr Duhamel, de la Faculté de Médecine de Paris, note que les effets les plus remarquables sont obtenus à la suite d’injections intraveineuses et vante la supériorité des produits obtenus par la méthode électrique sur ceux obtenus par la voie chimique. Cet argent colloïdal a donné des résultats remarquables dans le traitement des poumons et de la plèvre. « Dans certains cas, précise-t-il, les malades ont été sauvés d’une mort apparemment inévitable. » Il dit que ce produit ne provoque aucune douleur, irritation ou réaction toxique.

*Duhamel, B.G., Electric Metallic Colloids and their Therapeutic Applications [Les colloïdes métalliques électriques et leurs applications thérapeutiques], The Lancet, 13 janvier 1912.

Fin de citation

Concernant l’arme fatale dont j’ai parlée dans un des articles contre le bouchage du nez, c’est bien l’argent colloïdal (que je fabrique chez moi), en effet, comme vous, lorsque mon nez est bouché ou celui d’un membre de la famille, on vaporise le nez à l’aide d’un spray (parfois avec insistance) et en parallèle des doses orales sont administrées, il nous est déjà arrivé d’en boire toutes les deux heures pendant une journée entière. Peut-être que cela fonctionne bien pour la famille et pas pour d’autres, la dessus, je cale, à moins que l’argent colloïdal que vous utilisez ne soit pas de bonne qualité ou que dans votre cas, ses effets ne se manifestent que tardivement ou pas du tout.

Selon ma propre expérience, pour enrayer l’écoulement des yeux, il m’a fallu plusieurs mois avec des prises régulières d’argent colloïdal. Ce n’est que depuis le début du mois de février que nous avons arrêté les prises quotidiennes et nous sommes passés plus à des prises en fonction d’un besoin ponctuel, cela doit faire trois bons mois que je ne mets plus d’argent colloïdal dans les yeux par exemple. Lorsque j’en mets, de façon très ponctuelle, c’est quand je sors de la piscine, ou alors je me suis couché et endormi la nuit avec les épaules découvertes. Vous pouvez être sûr que le matin, j’ai mes muscles des épaules raides et le nez bouché, dans ce cas précis, je fais une séance de vaporisation avec un nébuliseur de type spray dans chaque narine pendant facile 2 à 5 minutes en tout et peut-être de façon ponctuelle dans la journée et mon nez retrouve la fluidité dans sa fonction de respirer.

Navré de ne pas pouvoir vous aider plus, je vous dis encore bon courage pour la suite.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

De l’argent colloïdal ou ionique pour les yeux

J’ai reçu une question sur l’efficacité de l’argent colloïdal sur les yeux, le lecteur me demandant également s’il y a un danger à en mettre dans les yeux. Ci-dessous le courrier.

Bonjour,

Tout d’abord, merci pour votre blog consacré à l’argent colloïdal. Ce sont vos retours d’expériences qui m’ont incité à tenter de soigner avec ce produit ma conjonctivite allergique récurrente. Le principal symptôme de ce désagrément est une sécrétion blanche de mucus aux coins des yeux. Je dois ôter ces dépôts plusieurs fois par jour, c’est très agaçant. Je pense donc instiller une goutte d’argent colloïdal dans chaque œil matin et soir. Est-ce sans danger ?

Merci pour vos éclaircissements et bonne continuation,

Edouard,

Pour ce qui est des yeux. Je vous conseille de lire dans le blog tous les articles qui contiennent le terme « yeux » si vous ne l’avez pas encore fait. Il faut simplement taper dans la zone de recherche du blog le terme « yeux » et valider, puis à l’aide de votre navigateur, vous recherchez dans les articles  l’endroit où je parle des yeux.

Ceci étant dit et comme je l’ai évoqué dans l’article Bilan hivernal suite à la prise d’argent colloïdal, à ce jour, je n’ai aucun écoulement au niveau des yeux, j’ai traité comme vous une conjonctivite récurrente plus des écoulements que j’avais le matin au lever et pendant la journée au travail, voir le soir en rentrant à la maison. Je prenais de l’argent colloïdal (plutôt ionique que colloïdal) fabriqué par mes propres soins (environ 5 à 10 ppm) que je mettais en instillant quelques gouttes dans les yeux matin, midi, soir. Je les nettoyais également avec du coton imbibé d’argent colloïdal quand nécessaire et en prenais également des doses comme indiquées dans certains des articles.

Comment sont mes yeux aujourd’hui depuis quelques mois ? Très bien, très ferme, j’ai encore un peu d’écoulement quand je ris très fort. Je me sens bien et je n’exagère pas. Je n’ai pas encore tourné au bleu ou au gris, mais peut-être que cela ne serait tarder. Je fais de mon mieux lors de la fabrication d’éviter les sels d’argent (qui sont toxiques) mais en même temps, je dois avouer que je n’ai que six mois d’expériences, je trouve que ce n’est pas grand-chose. Il faudrait que quelques lecteurs qui en prennent depuis longtemps nous éclairent davantage notre lanterne.

Personnellement comme évoqué dans l’article cité ci-dessus, j’attends le printemps avec son lot d’allergies, le printemps et l’été seront comme on dit en rugby à XV le Test match entre les allergies et l’argent colloïdal. J’ai fait deux détoxications suite à des prises prolongées d’argent, à part le désagrément d’une demie-journée (voir mes messages à cet effet) je me porte mieux qu’avant. Ma seule crainte étant de tourner bleu (et encore), mis à part ça, je ne crois pas une seule seconde le reste des âneries dites. Je ne suis pas devenu aveugle non plus comme m’avait mis en garde mon pharmacien, mais encore peut-être deviendrai-je dans deux ans, dix ans ? Je n’en sais rien, encore une fois, je suis un mousse monté sur un navire qui navigue dans des eaux plus ou moins troubles.

Que puis je dire d’autres, je pense que le mieux c’est d’essayer par soi-même. Il n’y a pas de miracle, il faut se lancer et en toute chose savoir raison garder.

Bon courage et bonne continuation également,


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Questions, Témoignages Étiquettes : , , ,

Petite expérience pour mettre en évidence les particules d’argent dans la solution d’argent colloïdal

Bon voilà, je vais reporter une petite expérience effectuée chez moi pour mettre en évidence la présence de particules d’argent dans la solution d’argent colloïdal que je fabrique. De quoi s’agit-il alors ?

Il s’agit tout simplement comme évoqué dans cet article La stabilité et la conservation de l’argent colloïdal suite de l’expérience menée en versant dans un bocal un peu de la solution d’argent colloïdal et l’exposer à la lumière du jour. Et bien, qu’ai je constaté au bout de deux mois d’exposition ?

L’évaporation totale de l’eau contenue dans le bocal, j’avais fermé le bouchon en y insérant un kleenex pour recueillir les gouttelettes d’eau afin d’éviter qu’elles retombent suite  à une condensation (la nuit) sur la paroi intérieure du bouchon. Dans l’article cité, je vous avais dit qu’au bout d’un certain temps (plusieurs semaines) la couleur de la solution n’avait pas évolué. Or très récemment j’ai constaté que toute la solution aqueuse s’est évaporée pour n’en laisser au fond du bocal des traces auréolées noires que je suppose être de l’argent.

On sait que les ions d’argent n’existent que dans une solution et donc il est fort probable que tout l’argent séché au fond provienne des particules d’argent présentes dans l’eau sous forme colloïdale. Il se peut également qu’il y ait de la poussière présente dans l’air avant la fermeture du bouchon du bocal. Cette expérience simple m’avait été proposée au salon de la chimie (cette année) par un chimiste. N’ayant pas la structure ni les outillages nécessaires pour mener une expérience digne de ce nom, c’est une façon simple et amusante de mettre en exergue la présence de particules d’argent qui ne sont pas dissoutes dans l’eau et ne peuvent pas être évaporées, puisque elles sont sous forme de solides.

Une expérience que je vais mener serait de mettre de l’eau bidistillée dans un bocal identique et l’exposer dans les mêmes conditions que la solution d’argent colloïdal, donc à suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Le cas de la collègue de ma femme

L’autre jour, ma femme discute avec une de ses collègues qui lui dit qu’elle a une infection urinaire et doit aller voir son médecin pour un traitement. Le soir, ma femme me demande si je pouvais lui donner une petite bouteille de 125 cl d’argent colloïdal pour sa collègue. Je lui prépare une petite bouteille et le lendemain, ma femme lui apporte la bouteille. Le week-end passe et hier lundi, sa collègue lui dit qu’elle ne sait pas si c’est l’argent colloïdal, mais elle se sentait beaucoup mieux, bien évidemment, elle a pris le traitement donné par son médecin. Elle ajoute qu’elle a donné à son fils qui était également enrhumé. Elle finit par dire qu’elle va certainement en acheter, puisque les beaux temps arrivant avec leurs lots d’allergies, elle a besoin de faire une cure.

A suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Témoignages Étiquettes : , ,

Question reçue sur l’entretien des électrodes d’argent dans la fabrication d’argent colloïdal

J’ai reçu un courrier d’un lecteur (inconnu) du site me demandant la chose suivante :

Bonjour,

Votre site est très bien, merci.
j’aurais aimé savoir s’il est normal qu’après utilisation de ma machine à produire de l’argent colloïdal, mes électrodes soient grises. Est il possible de les nettoyer, si oui comment ? Est il possible d’utiliser un produit acide comme pour nettoyer les bijoux en argent (vinaigre blanc).

merci,

Pour répondre à votre question concernant les électrodes qui deviennent grises, voire noires, je vous invite à lire l’article ci-contre : Principe de base de l’argent colloïdal.

De manière générale, je déconseille fortement l’utilisation d’un quelconque acide lors de la fabrication, avant et après. Pour la simple raison qu’il peut y avoir des dépôts sur les ustensiles et les électrodes. Si maintenant, vous voulez produire des sels d’argents ou des composés d’argent, faites comme bon vous semble, pour changer de couleur de peau, l’efficacité est démontrée, voir les nombreux articles référencés sur ce site au sujet de la toxicité de l’argent et de ses composés. Lorsque je dois nettoyer mes électrodes ou pièces d’argent, j’imbibe le Sopalin avec de l’eau distillée et je les nettoie. D’autres sur internet utilisent un chiffon propre (cela m’est déjà arrivé) ou alors une éponge avec une double face, dont une face sert à gratter. Si toutefois, vous voulez utiliser du vinaigre blanc, alors rincer abondamment les électrodes à l’eau distillée de manière à ce qu’aucun dépôt reste sur les électrodes.

Quels sont les constituants du vinaigre blanc ? Un rapide tout d’horizon sur internet nous donne une idée, c’est principalement de l’acide acétique et de l’eau. Faites un petit tout sur le wikipédia pour découvrir les propriétés corrosives de l’acide acétique. Disons que si on peut s’en passer dans la fabrication d’argent colloïdal, mieux vaut s’en passer.

Voilà, j’espère que je vous ai répondu, à suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Bilan hivernal suite à la prise d’argent colloïdal

Bon c’est bientôt la fin de l’hiver dans une semaine et je vais faire un point depuis la dernière fois, voir cet article => Bilan de santé mi-hivernal suite à la prise d’argent colloïdal. Depuis lors, nous avons arrêté les prises quotidiennes et ne prenons qu’en cas de besoin.

Une des victoires de cet hiver nous a concerné mon fils et moi, en effet, depuis deux ans, nous étions abonnés à une semaine de crève bien carabinée (aux alentours de février), or cette année, zéro signe de faiblesse. Pour le reste de la famille, lorsqu’il y a eu quelques manifestations ou signes comme des écoulements de nez ou autres, plusieurs prises d’argent colloïdal ont suffi pour soit enrayer la maladie ou alors la prévenir. Pour le détail de ce qu’il y a eu comme signe de maladies  voir les articles suivants : Encore un cas de rhume plus une toux grasse enrayés avec l’argent colloïdal et Un autre de mes enfants soigné avec de l’argent ionique (colloïdal) sachant que nous sommes six dans la famille.

Du côté des blessures, il y a eu les deux belles entailles que j’ai signalées dans deux articles (Deux belles entailles au tibia soignées avec de l’argent ionique (colloïdal), Deux belles entailles au tibia soignées avec de l’argent ionique (colloïdal) suite et fin) et les multiples petites ou grandes blessures, dont un œil au beurre noir d’une autre de mes filles très récemment (la cour de récréation est très dangereuse ma foi, c’est la deuxième fois cette année) et l’article ci-contre Nouveaux témoignages de blessures soignées par l’argent ionique (colloïdal).

Pour ce qui me concerne, l’écoulement des yeux est du passé, au sujet de mes mycoses, il y a eu récidive mais rien à avoir par rapport à ce que j’ai connu, je pense que la piscine n’aidant pas, j’ai eu le retour des démangeaisons de manière sporadique. Au cours de ces derniers soins administrés à mes doigts de pieds. J’ai appris quelque chose de fondamental, le bienfait de la gaze, toujours privilégier la gaze aux kleenex, Sopalin et autres produits de ce type. La gaze achetée en pharmacie et même celle sous gaine (qui n’est pas stérile, mais moins chère) est bien meilleure. Aujourd’hui, aucun signe de démangeaisons depuis 3 semaines.

Pour mes écoulements de nez et des yeux signalés tout au début de ma découverte d’argent colloïdal, je vous avais dit que j’attendais le printemps pour confirmation, donc, avant de crier victoire, nous verrons ensemble la puissance ou pas de l’argent colloïdal une fois arrivé au mois de septembre de cette année, car en effet, cela fera une année que j’aurai connu l’argent colloïdal.

Pour ce qui est de ma toux (voir cet article Utilisation de l’argent colloïdal avec un nébuliseur sonique nasal), je me suis procuré sur internet, un « Aerosol Sonique Atomisor » (en occasion pour 70 euros) pour des séances, je ne les ai toujours pas démarrés. Je commence à comprendre le pourquoi du comment de ma toux, je pense que c’est lié à mes conduits nasaux , dès que ces derniers sont bouchés alors il y a de forte chance que ma toux reprenne, mais comme j’ai trouvé l’arme fatale contre le « bouchage », alors étrangement, ma toux va mieux. Toujours est-il que tout ceci n’est pas encore tout à fait au point, mais avec le printemps, j’espère bien tirer au clair.

Pour ce qui est de ma femme, elle a diminué drastiquement l’utilisation de Doliprane et cela surtout pendant les périodes de menstruation, elle en est franchement ravie. En ce qui me concerne, comme déjà évoqué par le passé, j’ai rarement pris ce genre de trucs. Mais je suis également ravi pour elle.

Concernant le contenu de notre pharmacie à la maison, j’ai fait le grand ménage avant l’heure. J’ai quasiment tout viré, direction poubelle. Il nous reste, du baume de tigre (très efficace), du Vicks, du Doliprane, de l’Advil (au cas où pour les gamins)  et puis de l’argent colloïdal, plus exactement de l’argent ionique.

A suivre …

Postscriptum :

Au sujet de notre pharmacie, j’ai oublié de signaler des granules d’homéopathie, mais il est vrai que depuis la découverte de l’argent colloïdal, nous avons rien pris d’autres.  A part moi, une fois du baume de tigre.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Témoignage d’une lectrice sur l’achat d’argent colloïdal sur un site internet

Je viens de recevoir un courrier d’une lectrice qui a passé une commande sur internet pour son argent colloïdal, ci-dessous le contenu de son courrier :

Bonjour,

Ça y est, j’ai reçu aujourd’hui ma commande passée sur http://www.acheterargentcolloidal.com/. Comme promis je vous en fait un petit retour…
Je leur ai commandé un flacon 500ml. La commande m’a été livrée dans le délai prévu (dans les 48h). Le produit se présente bien ; pas de couleur particulière (c’est plutôt bon signe !). Au goût, on a le petit arrière goût (un peu métallique) normal dans les solutions d’argent colloïdal. Tout cela m’a l’air plutôt satisfaisant…

En plus, pour ma première commande, j’ai reçu un petit spray en cadeau.

Voilà.

Cliente satisfaite.

Bonne fin de journée.

Cordialement.

Joséphine

Remarque de ma part :

A priori la concentration est de 15 ppm.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Demandes émanant d’un lecteur sur la fabrication d’argent colloïdal et des produits commerciaux d’argent colloïdal

J’ai reçu récemment un courrier électronique d’un lecteur du blog qui me demandait plusieurs choses concernant l’argent colloïdal, tout en apportant quelques informations intéressantes, ci-dessous son courrier :

Bonjour

Je trouve votre site vraiment intéressant et complet, merci pour le travail effectué. J’utilise de l’AC depuis plusieurs mois et aimerais , me le fabriquer moi même, mais je suis perdu. Quelle machine me conseillez vous? Avez vous eu des échos du site « Silvergen » aux USA.

Par contre pour l’eau j’ai trouvé un site (dominich duchter) que vous pourriez peut-être donner en lien car ils ont plus de choix en eau distillée (1litre, 5litre et 10), à des tarifs similaires :

http://www.dutscher.fr

Autrement je me procure de l’AC sur silver colloidal online, un site en Angleterre, mais je les trouve vraiment cher. Vous parlez du site www.colloides.com mais sur des forums j’ai cru comprendre, que la couleur n’était pas claire, et que le site n’est pas très rigoureux (site non achevé, et rien sur les créateurs du site, ni de numéro siren) en plus ils sont en rupture de stock depuis des mois.

Je me suis donc tourné sur un autre site www.acheterargentcolloidal.com ou les prix sont plus raisonnables que sur le site  en Angleterre et le choix varié, spray, compte goutte, etc. leur solution est très claire, et a le même goût que sur le site http://www.colloidalsilveronline.co.uk/. Je vais essayer d’en acheter pour les plantes car il propose également des solutions à 5ppm pour les plantes, mais je ne sais pas si l’efficacité est vérifiable sur les plantes.

J’ai vu que vous parliez également d’un site http://www.argent-colloidal.eu/, mais la aussi il n’y a pas de numéro d’identifiant entreprise, comme http://www.colloides.com et justement ces 2 sites sont les moins chers du marché ce qui se comprend s’ils ne sont pas déclarés en tant qu’entreprise, en plus sur http://www.argent-colloïdal.eu; ils appellent leur solution silverspirit et disent  « Issu de nos recherches en laboratoire, L’argent colloïdal SilverSpirit à 20 ppm est le fruit d’une innovation scientifique toute récente » et  » Le Laboratoire SilverSpirit, étudie la formule depuis maintenant plus de 2 ans ». Tout ça me parait très sérieux.

Voilà  j’espère que ma petite contribution vous aidera

Bonne continuation

Fabien,

Ma réponse :

Tout d’abord merci pour vos encouragements. Je vais essayer de répondre à tous les points de manière à ce que les autres lecteurs puissent en profiter.

  1. En ce qui concerne la fabrication d’argent colloïdal, je vous renvoie aux articles que j’ai écrit, si toutefois, des points restent à éclairer, je le ferai dans la mesure où je connais.
  2. En ce qui concerne les appareils qui ont retenu mon attention et en particulier Silvergen, je vous renvoie également à une question déjà posée, c’est à dire ici => Demande d’informations sur la fabrication d’argent ionique (colloïdal)
  3. Pour le site sur l’eau distillée, j’ai fait un tour et je vais le mettre dans les liens utiles, merci.
  4. Pour les sites commerçants qui vendent des solutions d’argent ionique ou colloïdal, je suis très mauvais conseiller, puisque je fabrique moi même mon argent colloïdal (principalement ionique) et la seule fois que j’ai acheté c’était effectivement sur le site www.colloides.com et je vous renvoie également ici =>Site sur le quel j’ai acheté de l’argent colloïdal avant de commencer à fabriquer. Je ne saurai pas dire d’avantage puisque j’ai sollicité leur service qu’une fois et j’en ai gardé un bon souvenir.
  5. Pour ce qui concerne les quelques références que je donne sur des sites qui vendent de l’argent colloïdal, ce sont essentiellement celles fournies par les internautes et je vous renvoie ici => Demande émanant d’une lectrice du blog sur l’argent colloïdal

Bon j’espère que j’ai répondu à vos interrogations et bonne continuation également,

PS : Le dernier point que je voulais aborder mais j’ai oublié concernait les plantes, j’ai lu quelque part mais je ne sais plus où, est ce le livre de Frank Goldman ou des témoignages? On disait que lorsque les plantes sont infectées de parasites, alors l’argent serait efficace. Je ne l’ai pas vérifié. Par contre, j’ai déjà mis de l’argent colloïdal dans des plantes saines, je n’ai pas remarqué de différences majeures.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Une question sur l’agitateur à balancier pour la fabrication d’argent ionique (colloïdal)

J’ai reçu une question d’un lecteur du blog qui fabrique soi même de l’argent colloïdal et voudrait connaître comment je me suis procuré l’agitateur à balancier ou une table oscillante balançoire, ci-dessous le courrier reçu :

Bonjour Monsieur,

Je suis votre blog depuis le départ, ou presque. Je fabrique mon AC moi même. Je suis à la recherche d’un agitateur, et je viens de lire que vous en utilisez un à balancier, pourriez vous me dire où je pourrais trouver cet article svp ?

bien cordialement,

philippe

En effet, dans le livre de Frank Goldman, il est fait référence à un agitateur qui permet de répartir les ions de manière uniforme dans la solution ionique et colloïdale, produite grâce à l’électrolyse. Ceci, afin d’éviter la production de grosses particules d’argent et ainsi améliorer la stabilité. Dans mes recherches sur internet, j’ai remarqué que dans l’industrie chimique ou dans des laboratoires, il y a trois sortes d’agitateurs : mécanique, magnétique et à balancier ou secoueur (plusieurs termes existent pour ce type d’agitateur).

Quand j’ai débuté dans la fabrication d’argent colloïdal, j’ai utilisé un agitateur mécanique, d’abords manuel et ensuite mécanique (de fabrication maison) avec un « touilleur » en verre. Or avec le temps j’ai remarqué que le verre devenait un petit peu noir au bout d’un certain temps si je nettoyais pas bien, de plus, la solution restait à l’air pendant toute la durée de l’électrolyse, ce qui me convenait pas (pour les réactions de l’air et de l’eau distillée, voir les différents articles écrits à ce sujet). J’ai donc commencé à chercher si d’autres types d’agitateurs externes pouvaient remplir le même rôle.

Les agitateurs magnétiques n’ont pas retenu mon attention, pour le simple fait qu’un élément, l’agitateur, devait être introduit dans la solution et qu’un champ magnétique pouvait entraîner les éléments d’argents ions ou colloïdes vers le fond. J’ai eu une discussion téléphonique avec un technicien d’un laboratoire qui ne savait pas quoi répondre. Je n’ai pas fait d’analyse ni d’étude à ce sujet, donc il ne faut pas prendre mes dires pour argent comptant. Pour info, au cours de cette conversation, il m’a indiqué une société spécialisée qui propose des turbulents métalliques recouverts de verre pour les agitateurs magnétiques, hélas, j’ai perdu le nom et même les références, si je les retrouve, j’en ferai part pour ceux qui sont intéressés.

Toujours est-il que si je pouvais trouver un agitateur complètement extérieur sans introduire quoique ce soit dans la solution, j’aurai été ravi.

Finalement, j’ai eu un coup de bol, puisque j’ai trouvé un agitateur d’occasion à balancier pour laboratoire pour la modique (je sais tout est relatif) somme de 50 euros sur Ebay. Si vous souhaitez en acheter, il suffit de taper dans un moteur de recherche Agitateurs secoueurs, ou agitateurs balançoires, j’ai trouvé un site commercial pour du matériel de laboratoire ici même.

Voilà, j’espère que j’ai répondu à la question avec un petit détour par mon infime expérience des agitateurs.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Par quel moyen vous procurez vous de l’argent colloïdal ou ionique?

Je propose un deuxième sondage afin de découvrir quel est le moyen qui prime pour les internautes francophones pour se procurer de l’argent colloïdal. Donc, si vous pouvez prendre quelques secondes pour répondre à ce sondage, je vous en saurai gré, il se trouve sur la partie droite.

Remarque : navré pour ce frananglais sur le sondage, je ne sais pas comment traduire tous les libellés en français.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Généralités Étiquettes : , ,

Demande émanant d’une lectrice du blog sur l’argent colloïdal

J’ai reçu un courrier électronique d’une lectrice récemment, me demandant de citer deux liens commerciaux dans l’espace « liens utiles », ci-dessous son courrier :

Bonjour,

Intéressée par l’argent colloïdal, je fais beaucoup de recherches sur Internet afin d’en savoir plus sur ce produit. Au cours de ces recherches, j’ai découvert votre site que j’ai trouvé très intéressant et complet. Toutefois, j’ai noté qu’il vous manquait 2 adresses de sites qui vendent de ce produit dans votre rubrique « liens utiles ». Je me permets de vous les communiquer afin que vous puissiez les rajouter.

http://www.colloidalsilveronline.co.uk/

http://www.acheterargentcolloidal.com/

Ils me semblent tous deux assez sérieux. Le premier est situé aux Royaume Uni et est quand même un peu cher. Le second est en France, il a un numéro SIREN et est plus abordable. Si ces informations vous intéressent, merci d’en faire bon usage dans votre site.

Cordialement,

Joséphine.

Ma réponse ci-dessous :

Bonjour,

Merci de me signaler les deux sites que vous avez trouvés, je les avais également repérés mais n’ayant pas de référence sérieuse en terme d’expériences, ni un contact, je ne les avais pas signalés.

Toutefois, je veux bien les signaler si vous ou quelqu’un d’autre a acheté chez eux de l’argent colloïdal et peut me faire un retour. Je vais écrire un article en y mettant votre courrier sans forcément signaler votre adresse de messagerie en attendant un retour de votre part pour éventuellement les insérer dans la page « liens utiles ». Merci encore pour avoir pris le temps de m’écrire.

Cordialement,


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Généralités Étiquettes : ,

La stabilité et la conservation de l’argent colloïdal suite

Dans un article publié fin de l’année dernière intitulé La stabilité et la conservation de l’argent colloïdal, j’avais abordé quelques passages du livre de Frank Goldman sur la stabilité de la solution d’argent colloïdal et sa conservation. Or, depuis je me suis documenté sur internet et par curiosité pour vérifier les dires de Monsieur Goldman, il y a un peu plus d’un mois, lors de la rédaction de l’article ci-contre  Pourquoi utiliser une bouteille en verre teinté pour stocker son argent colloïdal, en fin d’article, j’avais reporté avoir mis un petit bocal en verre transparent avec un peu d’argent ionique (de ma propre fabrication) exposé à la lumière du jour.

Exposé depuis lors plein sud (6 semaines dont deux bonnes semaines de soleil), ce petit bocal contenant de l’argent ionique à 8 ppm n’a pas changé d’aspect tout en restant toujours aussi transparent qu’avant, ce qui m’amène à émettre l’hypothèse que si la solution ionique est stable et pour une concentration aux alentours de 10 ppm. Mettre la solution d’argent colloïdal ou ionique dans un verre transparent ne craint rien.

Pour confirmer ses dires, je suis tombé sur un article de ce site http://health2us.com/faq.htm (hélas, la documentation sur l’argent colloïdal est assez maigre) qui affirme que seules les solutions peu stables devront être mises en bouteille teintée. De toutes les façons, j’ai remarqué que les solutions peu stables même embouteillés dans des verres teintés deviennent jaunâtres.

Maintenant, l’idéal serait de faire une analyse avant et après pour connaître la composition de la solution, n’ayant pas l’outillage, cela reste une hypothèse empirique, mais assez valide quand même. En fait, j’ai également laissé plusieurs autres bocaux transparents avec de l’argent ionique. Un autre qui est resté intact au niveau de la couleur et un troisième dont la couleur est devenue comme celui avec le sel de table que j’avais introduit (voir un de mes articles à ce sujet), plus tard, je me suis rendu compte que c’était le même bocal avec un peu de résidu de sel qui était resté dedans malgré son lavage, ce qui vient confirmer la chose suivante : toujours rincer à l’eau distillée tout matériel avant ou après son utilisation.      

Bon, je vais procéder à d’autres expériences de ce type avec l’arrivée du beau temps dès ce printemps pour confirmer ou infirmer les résultats obtenus en hiver. Un de mes amis qui est spécialiste de la physique quantique m’a informé que la libération d’électrons (comme évoqué dans l’article Pourquoi utiliser une bouteille en verre teinté pour stocker son argent colloïdal) n’est pas systématique même en présence de rayons ultraviolets, mais possibles.

Je pense que mettre de l’argent sous forme ionique ou colloïdal à des concentrations faibles (De 5 à 20 ppm) dans des verres transparents ne doit pas poser de problèmes. Bien évidemment, cela reste mon avis personnel, une analyse chimique voire physique au niveau des particules devrait valider mes propos ou plutôt les démentir.

Donc à suivre …


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Nouveau tableau récapitulatif de fabrication d’argent ionique (colloïdal)

Bon, je vous avais promis de vous faire part de mes nouvelles techniques de fabrication et notamment avec le composant électronique dont je vous ai déjà parlé dans cet article Composants électroniques pour améliorer la fabrication d’argent colloïdal par la méthode LVDC. Mon objectif est premièrement d’intervenir le moins possible pour nettoyer les électrodes en argent, secundo, de laisser le moins possible à l’air la solution, tertio, de mettre en bouteille aussitôt, en somme, si j’interviens aucunement dans le procédé de fabrication, à part mettre mon eau distillée, brancher mes électrodes, fermer le couvercle et puis au bout d’un certain temps retirer les électrodes et verser ma solution dans une bouteille, je serai satisfait.

Bien évidemment, cet article est plus destiné aux personnes qui ont opté comme moi de fabriquer leur appareil sans avoir recours à un appareil du commerce, voire acheter une solution toute faite sur internet.

Bon, alors j’y suis arrivé très récemment après plusieurs expérimentations. J’utilise donc une eau distillée passée par le déioniseur (voir les différents articles sur comment purifier l’eau), que je verse dans mon bécher de 75 cl, j’introduis mes électrodes 99,99% (que j’ai déjà citées dans un des articles) je ferme le couvercle et je branche les électrodes au composant électronique, le tout branché sur du 36 volt (4 piles de 9 volts). Si je ne veux pas intervenir aucunement, pour atteindre 1 ppm, il me faut 12 heures, sinon, je branche mes électrodes sur la source d’alimentation de 36 volts sans passer par mon composant et je change la polarité au bout de 40 minutes, donc en tout il me faut 1h20 pour atteindre 1 ppm.

Une fois que la concentration a atteint 1 ppm, je branche ma source d’alimentation de 36 volts sur le composant et le tout branché sur mes électrodes et je peux partir m’occuper de tout un tas de choses, je sais que si je reviens 12 heures après, j’ai du 6~7 ppm, si je veux, je peux laisser plus longtemps. Pas une fois, j’interviens pour nettoyer mes électrodes et je n’ouvre pas le couvercle. A ce stade, j’utilise de temps en temps un agitateur à balancement, je pose le bécher sur ce dernier qui balance. Mais l’agitateur n’est pas nécessaire. Avec ce procédé, j’ai constaté que les électrodes même branchées pendant 24 heures ne noircissent pas (si la source d’alimentation est égale à 36 volts).

Si toute fois, je constate qu’il y a un dépôt d’argent à la fin de ma fabrication, je laisse reposer l’ensemble pendant 15 minutes après avoir débranché  tout et en versant le contenu du bécher dans une bouteille, j’évite de renverser dans la bouteille, le dépôt argentique du bécher visible à l’œil nu.

Bon voilà, je suis assez content de mon procédé, j’ai essayé avec une source délivrant plus de 36 volt, par exemple 54 volts, les électrodes noircissent plus rapidement à partir d’une concentration de 1 ppm, ce qui m’oblige à intervenir pour les nettoyer. Grâce à ce procédé, je ne retire pas mes électrodes pour nettoyer donc j’interfère moins chimiquement avec la solution. Je n’utilise pas de filtre non plus. Bien évidemment, certains appareils du commerce sont destinés à délivrer ces fonctionnalités que j’évoque ici, c’est-à-dire préparer une solution ionique sans intervenir pendant quelques heures, mais je rappelle que dès le départ, je suis parti avec l’idée de comprendre et de procéder par expérimentation.

Donc à suivre …  


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Fabrication Étiquettes : , , ,

Nouveaux témoignages de blessures soignées par l’argent ionique (colloïdal)

Bon, très récemment, je suis intervenu pour soigner deux méchantes blessures dont une sur la main de mon fils (en fait deux belles écorchures sur sa main) et une autre sur la tête de mon neveu. Il faut dire que ces deux là avec leurs frères et sœurs ont eu la bonne idée de construire une cabane avec la récente tempête que nous avons connue en France et pendant leur construction, il y en a un qui a reçu un coup de fourche dans la tête par mégarde et l’autre a râpé le dessus de la main contre le mur en l’escaladant.

Bon, rien de méchant, des trucs de gamins comme nous en avons eu ou fait nous autres. Dans notre famille, l’argent colloïdal est devenu le médicament par excellence, au point où, dès qu’il arrive un truc, je suis sollicité et même pendant ma sieste. Toujours est-il que je n’ai pas à décrire l’état des blessures une fois que l’argent colloïdal a été appliqué. Il y a suffisamment de témoignages et d’études scientifiques traduites dans ce blog qui démontrent son bienfait.

Pendant que j’y pense, il y a encore un peu moins de six mois, j’aurai  eu recours à la Bétadine ou à l’alcool ou un antiseptique quelconque, aujourd’hui, c’est l’argent colloïdal et dans la plupart des cas que je rencontre, c’est amplement suffisant. De plus, j’accompagne souvent les pansements (faits avec des gazes) avec une bonne prise sublinguale (disons un bon demi verre).


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Nouveau témoignage de ma belle mère sur l’argent ionique (colloïdal)

Bon, je vous ai déjà parlé de ma belle mère Le cas de ma belle mère et guérison avec l’argent colloïdal et comment elle a adopté l’argent colloïdal sans hésitation suite à sa guérison au mois de novembre dernier.

Eh bien, je suis son fournisseur officiel, je lui avais préparé 5 litres pour sa consommation personnelle et en presque deux mois, elle a consommé trois litres. De visite chez elle, elle me dit que depuis qu’elle prend de l’argent colloïdal, elle n’a plus de souci, dès qu’elle sent un petit rhume, elle en prend et plus rien. Cela fait maintenant 4 mois qu’elle a découvert l’argent colloïdal et son efficacité et elle en est ravie.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Des colloïdes comme germicides et désinfectants

Je viens de traduire de l’anglais le début du chapitre VIII du livre Use of colloids in health and disease (p. 67-70)

Depuis longtemps, le souhait des médecins et des experts sanitaires a été de trouver une série de substances qui seraient germicides et inoffensives pour l’homme, voire des animaux et des oiseaux.

Plusieurs tentatives ont été faites pour obtenir des composés analogues à l’acide phénique ou le phénol,  un antiseptique puissant et possédant une faible toxicité, mais malheureusement, les résultats obtenus ont atteint un maigre succès. D’autant plus que le corps humain est composé d’un nombre indéterminé de cellules et que toute substance qui tue les bactéries ou d’autres organismes causant les maladies, est presque certain d’avoir une  action similaire sur ces cellules.

Par conséquent, l’action que doit mener l’antiseptique sur les bactéries sans affecter les cellules tout en ne présentant pas de toxicité, reste à démonter.

En outre, certains des germes les plus virulents sont capables de prospérer dans les solutions d’acide phénique (phénol) et d’autres désinfectants bien connus qui s’avèrent être toxique pour les êtres humains, de plus l’évolution des germes d’un genre vers d’autres rend presque chimérique la recherche d’un « germo-poison » générique qui est non toxique pour les êtres humains et efficace

Heureusement, la reconnaissance des bactéries et leurs produits comme étant essentiellement un caractère colloïdal a grandement facilité l’étude de la désinfection. Tout le monde sait aujourd’hui que malgré le fait que les bactéries soient vivantes et en raison de leur caractère colloïdal, elles produisent des toxines d’autres substances qui peuvent être détruites par des substances qui portent une charge électrique opposée à celle des bactéries.

L’effet d’un désinfectant ordinaire sur les bactéries est le résultat de son adsorption par cette dernière, formant ainsi un composé chimique, comme cela semble être le cas avec du formol, ou une répartition des différentes phases, conformément à la loi bien connue de l’adsorption des colloïdes.

Dans ce dernier cas, des colloïdes de charge électrique opposée vont se précipiter, jusqu’à ce qu’il y ait équilibre, si par contre, aucun des deux formes de colloïdes est en excès, aucune précipitation n’aura lieu.

Le grand avantage de traiter des germes avec des colloïdes réside dans le fait qu’ils ne soient pas nocifs en terme de toxicité lors de la destruction des bactéries dans les corps. Dans d’autres cas, lorsque l’utilisation de phénol et d’autres substances toxiques n’est pas nécessaire, leur faible coût peut être pris en considération. Certains des résultats les plus fructueux dans ce domaine de la  recherche sont ceux les découvertes de Henry Crookes en 1910 qui mettent en évidence l’efficacité germicide de certains métaux dans leur état colloïdal tout en étant tout à fait inoffensif pour l’homme.

Il a été démontré que certains métaux finement divisés ont une action toxique faible sur les formes inférieures de la vie végétale, et que le pouvoir germicide de certains sels métalliques dépend dans une très large mesure du degré d’ionisation et des propriétés spécifiques de chaque type d’ions, ceux  des métaux ayant le plus grand pouvoir germicide. En d’autres termes, plus dur est la libération d’ions du métal dans une solution, plus grand est le pouvoir germicide de la solution!

En recombinant les ions du métal pour former des colloïdes, ces derniers peuvent être appliqués à de fortes concentration pour un meilleur résultat. L’importance de cette double forme (ions ou colloïdes) a été largement occultée, en partie par les propriétés germicides de certaines substances en dehors de leur degré de dissociation ionique, en partie par la manière dont certaines substances sont adsorbés par les produits qui accompagnent les bactéries et sont ainsi rendus inertes avant que ces dernières soient détruites, et en partie à cause de l’ignorance des moyens de préparation des métaux à l’état colloïdal sous une forme suffisamment stable pour leur administration en tant que médicaments.

Tout aussi regrettable est le décès de M. Crookes, qui n’a pas été en mesure de poursuivre les résultats de sa découverte, quoique les difficultés ont maintenant été surmontées et sont d’un intérêt historique. Il est maintenant définitivement connu que les propriétés germicides de certains métaux à l’état colloïdal sont basées en partie sur l’action chimique des métaux eux-mêmes, différents métaux ayant une plus grande action spécifique sur certaines bactéries que sur d’autres, mais parce que ces métaux sont dans un état colloïdal en solution.

Parmi les métaux à l’état colloïdal dont l’or et l’argent qui sont les plus connus sont constitués de particules minuscules, tels que ces dernières aient suffisamment d’espace afin d’être en mouvement, sans pourtant se toucher. En outre, en vertu d’une propriété bien connue en physique des particules ayant une charge électrique, les particules ont tendance à repousser les unes les autres et ainsi accroître la stabilité du liquide. Lorsque ces particules métalliques sont en suspension ou dans cet état intermédiaire que l’on nomme colloïdal, sont ajoutées dans un liquide, si des particules portant la charge électrique opposée sont présentes, une précipitation se produit rapidement.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Un peu d’histoire autour de l’argent colloïdal

Beaucoup d’articles et de livres dans la littérature médicale parlent de l’utilisation de l’argent depuis plusieurs siècles. La Documentation sur l’usage scientifique de l’argent colloïdal a commencé à la fin du 19ème siècle et a connu un essor impressionnant pendant la période 1910/20.

Alfred B. Searle, dans un livre intitulé « L’utilisation des colloïdes dans la santé et la maladie » (déjà évoqué ici Extraits tirés de « USE OF COLLOIDS IN HEALTH & DISEASE » sur l’argent colloïdal), publié en 1920, retrace les commentaires des dizaines d’articles sur l’argent colloïdal dans des revues aussi respectées telles que, « Lancet » et le « British Medical Journal » ainsi qu’un large éventail de résultats de son propre travail. Ce livre est à lire, bien que ce vieux classique est très difficile à trouver (j’ai réussi à avoir une copie électronique sur Internet).

Ces chercheurs ont d’abord étudié une dizaine de métaux en suspension colloïdale et ont constaté que deux métaux, l’argent et le mercure, sont des tueurs de bactéries. Ces deux métaux ont été utilisés pour traiter une grande variété d’aliments pendant de nombreuses années. La suspension colloïdale du mercure, bien qu’efficace pour tuer les bactéries, a causé des dommages aux patients en sorte que son utilisation a diminué avec le temps.

Les travaux de Crookes Henry [1910] ont montré que les suspensions de mercure tuent les bacilles de « coli communis » ou Escherichia coli en deux minutes et ces derniers sont tués en six minutes à l’aide des colloïdes d’argent. Toutefois, la concentration de l’argent qui a été utilisée pendant cette époque était beaucoup plus élevée par rapport à celle acceptée de nos jours. Comme ces expériences ont été effectuées avant l’avènement du microscope électronique, on connaissait peu la vraie nature des suspensions d’argent colloïdal.

A partir des travaux de ces chercheurs vint alors la fameuse phrase souvent citée «aucun microbe connu ne peut résister à l’effet biocide des colloïdes d’argent au delà de six minutes dans des expériences menées au laboratoire».

Une autre étude intéressante du début du siècle dernier est l’œuvre de Simpson et Hewlett publiée dans le Lancet en 1914. Ils ont utilisé une suspension colloïdale d’argent pour tuer le bacille de la typhoïde en 15 minutes à 500 ppm et en deux heures à 5 ppm. C’était la première fois que de faibles concentrations d’argent colloïdal ont montré leur efficacité. Hewlett et Simpson ont démontré l’avantage des éléments colloïdaux de faible concentration, qui restent inoffensifs pour le patient.

Ces articles et livres sont quelques exemples des nombreuses études menées dans ces premiers jours. Alors que les recherches sur l’argent colloïdal diminuèrent dans les années 1940 et 1950, un article en 1966 par Brentano, et al. au « Forum Surgical » présenta leurs essais d’argent ionique et colloïdal et les mélanges des deux dans le traitement des victimes de brûlures avec des résultats très favorables. Ils ont testé de nombreux autres matériaux avant de déterminer que l’argent était plus efficace, notamment contre Pseudomonas aeruginosa, ce bacille est l’un des facteurs majeurs des aggravations des brûlures.

Dans une série d’articles dans les années 1970 et 1980, une équipe de recherche de l’hôpital vétérans de l’administration à New York, produit de l’argent colloïdal à partir d’électrodes placées à l’intérieur et sur le corps avec des résultats remarquables en tuant les bactéries et en soignant certains cas très compliqués. Dr. Becker [1985] a conclu que ce que ces personnes avaient découvert était connu depuis des siècles, c’est-à-dire que l’argent était un germicide. Malheureusement, quand les antibiotiques ont été découverts, l’utilisation clinique de l’argent comme antibiotique a été abandonnée.

Au début du siècle dernier, l’argent colloïdal était utilisé intensivement. Cependant, dans les années 40, avec l’introduction des antibiotiques, l’utilisation de l’argent colloïdal, ainsi que les recherches dans les laboratoires déclinèrent considérablement. L’enthousiasme pour les antibiotiques prit de l’essor à tel point qu’en 1969 le chirurgien en chef des États-Unis a témoigné devant le Congrès, « Le moment est venu de fermer le livre sur les maladies infectieuses ». Or, on sait aujourd’hui que les différentes bactéries deviennent réstistantes aux antibiotiques.

Traduit de l’anglais, source => Silver Colloids Do they work? Ronald J. Gibbs Newark, DE 19711


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Soigner des aphtes avec de l’argent ionique (colloïdal)

Nous venons de faire l’expérience à plusieurs reprises du bien fait de l’argent ionique sur les aphtes. En effet, dès qu’il y a apparition d’un aphte, il suffit de faire des lavements de la bouche et spécifiquement à l’endroit de l’aphte. Parfois, il faut appliquer un coton tige imbibé d’argent ionique à l’endroit où est situé l’apthe.

Selon que le PH de la solution ionique soit un peu acide, il se peut que lors de l’application, cela pique. Trois de mes enfants ont fait l’expérience et trouvent que l’argent ionique est très efficace.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Témoignages Étiquettes : , , , ,

Les ions Ag+ dans le corps humain suite à une prise d’argent ionique ou colloïdal suite et fin

Bon, cet article est le dernier d’une série d’articles qui abordent les différentes explications sur ce qu’adviennent aux ions d’argent une fois dans le corps humain.
Le premier article de la série est celui ci : Les ions Ag+ dans le corps humain suite à une prise d’argent ionique ou colloïdal

Le deuxième est celui ci : Les ions Ag+ dans le corps humain suite à une prise d’argent ionique ou colloïdal suite (2)

Le troisième ci-contre : Les ions Ag+ dans le corps humain suite à une prise d’argent ionique ou colloïdal suite (3)

En synthèse, dans tous ces articles, j’aborde selon les protagonistes qu’ils soient de bord ionique (vantant les mérites des ions d’argent) ou colloïdal (vantant les mérites des particules d’argent) des théories plausibles. Cependant le site ci-contre http://www.silverfacts.com/ionic&colloidal.html expose un juste milieu. Ce qui me paraît plutôt raisonnable comme on dit « en toute chose savoir raison garder ». Alors que dit-on sur ce site?

Il s’agit d’admettre que nous ne savons pas grande chose et qu’il faille engager d’avantages de scientifiques sur la voie de la recherche, d’expérimentations et de faire une plus grande campagne d’essais laboratoires, de même que sur les humains pour mieux comprendre le phénomène argent.

Aujourd’hui, les témoignages sont le meilleur moyen de reconnaître l’efficacité de l’argent sous ses deux formes, ionique et colloïdal. Il y a certes de la documentation scientifique et médicale ici et là et d’avantages entre fin dix-neuvième et les années 30, ainsi que depuis les années 70. Mais pas suffisamment pour définir le comment du pourquoi.

Peu de scientifiques ou médecins s’y intéressent au phénomène « argent ». Quelques uns se sont penchés dessus et ont tiré des conclusions intéressantes en laboratoire in-vitro, mais peu d’essais ont été pratiqués sur les humains.

Il y a beaucoup de réclamations sur ce qui est bon ou mauvais au sujet des deux formes d’argent, et très peu fondées sur des faits.

Tout d’abord, il y a simplement des limites à ce que nous savons de la science moderne au sujet de comment ces substances se comportent et affectent le corps humain et les pathogènes. Par conséquent, lors de la présentation des revendications ou des faits, nous devons nous appliquer à être honnête avec les autres et avec soi-même sur ce que nous savons, ce que nous pensons et ce que nous n’avons tout simplement pas la moindre idée.

Le terme argent colloïdal est lui-même un peu vague. Il est souvent utilisé pour désigner toute forme d’argent qui est en suspension ou en solution dans l’eau et peut être ingéré ou appliqué localement.

Une définition simple d’une suspension colloïdale est qu’elle est très différente d’une substance dissoute dans une solution, le terme même de « suspension colloïdale » est galvaudé dans les articles scientifiques très respectés. Une recherche rapide grâce à des sources de référence montrera cette confusion.

Parfois, les termes de protéines d’argent appelées « légères » ou « fortes » sont également utilisés, ceux ci peuvent être représentés comme étant  des colloïdes d’argent dans certains cas et dans d’autres cas pas du tout. De toutes les façons parler d’argent colloïdal lorsqu’il s’agit de protéines d’argent est ouvert au débat, bien que généralement quand on parle de colloïdes d’argent, il s’agit tout simplement de particules d’argent.

Plus récemment, certains scientifiques ont introduit le terme de « complexes d’argent ionique » qui n’est clairement pas une suspension colloïdale, or la plupart utilise souvent le terme très familier d’argent colloïdal pour les désigner aussi. Les questions de sécurité et d’efficacité sont souvent mises en avant en ce qui concerne les ions d’argent par rapport à l’argent colloïdal, et aussi par rapport à l’argent colloïdal qui peut être partiellement ionique par rapport à la totalité où la plupart des particules d’argent sont en métal (atomes et particules et pas d’ions).

De façon générale, chaque progrès effectué dans les applications médicales et industrielles de métal argent dans ces dernières années a eu affaire strictement à des ions d’argent. Il est très bien établi dans la communauté scientifique et médicale que les ions d’argent forment un agent antimicrobien puissant. Vous n’entendez pratiquement jamais le terme argent colloïdal dans le domaine médical, même si celui ci a été utilisé avant la seconde guerre mondiale pendant plusieurs décennies comme un médicament commun.

Il est généralement reconnu que l’introduction d’ions d’argent dans le système sans un mécanisme de transport ne va pas très bien fonctionner pour un usage dans le corps humain, puisque les ions ne durent pas très longtemps dans le système immunitaire et ont tendance à se lier avec des substances dans la bouche et le tube digestif avant d’atteindre le sang. Par conséquent, ce qui est nécessaire, c’est un mécanisme de transport qui permet aux ions d’être libérés dans le corps, d’où l’introduction des complexe d’argent.

Il y a tout lieu de présumer que, dans la mesure où l’argent colloïdal est efficace pour tuer les microbes dans le corps suite à l’ingestion interne, c’est parce qu’il libère des ions d’argent dans le corps. Il a même été déclaré par l’un des principaux pionniers dans le domaine de la médecine alternative, que c’est au moment précis où un ion d’argent gagne ou libère un électron qu’il a cet effet antimicrobien.

Il est au-delà du domaine de la science moderne à l’heure actuelle, et certainement pas dans le champ de tout ce qui a été documenté en tant que données scientifiques fiables à ce jour, pour qu’il y ait des gens qui disent si l’efficacité germicide de l’argent est mieux, lorsque l’argent ionioque (ou colloïdal) libère ou gagne un électron, ou si l’introduction d’ions d’argent dans le système par un complexe pour la livraison est meilleure, ou alors tout simplement les ions d’argent suffisent pour être transportés dans la circulation sanguine et ils apportent l’efficacité antimicrobienne. Enfin, Il semble que les témoignages des utilisateurs soient le meilleur indicateur pour l’instant.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Demande d’informations sur la fabrication d’argent ionique (colloïdal)

J’ai reçu un message d’un lecteur du blog ci-dessous :

Question

Bonjour,

J’ai besoin de vos conseils, je recherche pour produire de l’argent colloïdal un générateur d’argent colloïdal, un distillateur d’eau et un filtre déioniseur.

Pouvez vous m’indiquer des fabricants dont le sérieux a retenu votre attention?

Réponse

  • Sur les générateurs pour fabriquer l’argent colloïdal

Malheureusement, je vais vous décevoir puisque je n’ai pas beaucoup d’expériences, ni le moyen de tester les produits des divers fabricants en terme de générateur. Je suis parti du principe de fabriquer moi-même mon matériel plutôt qu’en acheter, un tout fait. Ceci dit, un des utilisateurs du blog m’a signalé l’achat de Silvergen SG6 (Témoignage d’un lecteur du blog sur la fabrication d’argent ionique (colloïdal) dont il est satisfait. Dans ce message, je récapitule certains générateurs Les appareils domestiques pour fabriquer de l’argent colloïdal, mais encore une fois, je suis le moins bien placé pour vous conseiller, car à part la documentation théorique je ne les ai pas testés. Il se peut que je fasse une étude de comparaison dans l’avenir si le temps me le permet.

  • Sur le distillateur

Je suis également dans l’embarras de vous annoncer que je ne connais pas grande chose à part le fait que si cela tenait qu’à moi. Je me pencherai pour un alambic comme évoqué dans ce message Quelle eau utilise je pour fabriquer de l’argent colloïdal ? pour les deux raisons suivantes, d’une part on évite d’acheter des filtres qui coûtent chers et de deux, on peut s’en servir pour les huiles essentielles. Il faut de la place et un temps de prise en main, sauf si on le pratique de père en fils (de mère en fille, c’est possible aussi).

  • Sur le filtre désioniseur

Tout ce que je peux dire c’est celui que j’ai acheté par internet ici. C’est le seul que j’ai testé et cela est conforme avec ce qu’ils disent sur leur site. L’envoi du matériel a été un peu long (12 jours) et sans aucun problème. L’utilisation est très simple, pour ce qui est du nombre de gallons (donc pour nous litres) que nous pouvons filtrer, je vous dirai cela dans quelques temps puisque selon leurs dires, on peut filtrer jusqu’à 500 gallons d’eau distillée ou de pluie, voir ce message Comment déterminer la pureté de l’eau pour la fabrication de l’argent colloïdal?

Bon voilà, j’espère quand même que vous allez vous en sortir avec ces informations. Si des utilisateurs ont fait l’expérience de générateurs, de distillateurs ou de désioniseurs et veulent partager, n’hésitez pas à  m’envoyer un mail.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Un autre de mes enfants soigné avec de l’argent ionique (colloïdal)

Bon, je sais que je suis un peu rébarbatif, mais je rappelle que lorsque j’ai démarré ce blog, un de mes objectifs était d’y référencer des témoignages et je dois dire que c’est ce que je vais encore faire dans cet article.

En effet, je vous ai parlé il y a une dizaine de jours qu’un de mes enfants enrhumé avait été soigné avec de l’argent colloïdal, or ce dernier a partagé sa maladie avec un autre qui a commencé à présenter les mêmes signes dimanche après midi.

Eternuements, écoulement du nez, alors aussitôt ma femme et moi voyant cela, on hésite pas une seconde. De l’argent ionique dans un verre et direction la bouche du futur malade (ou déjà malade). Nous avons fait cela dimanche 3 fois. Lundi matin avant l’école, deux prises avec un intervalle d’une demie heure et ma fille est partie à l’école avec une fiole pour la journée l’équivalent de deux doses.

Lundi soir, je lui demande comment ça va? elle me dit que dans la journée, elle a pris les deux doses, elle avait un peu mal à la gorge et un peu mal à la tête, de plus, elle avait entièrement vidé ses paquets de Kleenex. Lundi soir, on recommence avec des prises de doses toutes les heures avant qu’elle se couche et le lendemain matin c’est à dire aujourd’hui, avant le départ à l’école, deux autres prises et je lui donne sa fiole pour la journée.

Ce soir mardi, je lui demande comment ça va? Elle me répond très bien, je lui demande si elle a bu les deux doses, elle me répond qu’elle n’en a pas eu besoin. Sur ce, je lui demande de les prendre ce soir quand même, on ne sait jamais.

Que c’est magique l’argent !!!!


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Filtrer la solution d’argent colloïdal après fabrication suite et fin

Dans l’article ci-contre Filtrer la solution d’argent colloïdal après fabrication, je vous avais parlé de la possibilité de filtrer votre solution colloïdale ou ionique dans le cas de précipitations d’argent autour des électrodes et du dépôt au fond de votre bocal. Puis, notre lecteur Richard m’avait rapporté (Témoignage d’un lecteur du blog sur la fabrication d’argent ionique (colloïdal)) que dans la notice du produit Silvergen SG6, ils déconseillaient l’utilisation du filtre à café ou tout autre filtre pour des raisons d’hygiène.

J’ai trouvé une information sur le site de la société health2us qui donne une explication. Ils disent que pour une solution ionique à 5 ppm (ce qui est vrai pour d’autres concentrations) il suffit de peu de choses pour que les ions d’argent se combinent avec des matières dissoutes pour former des complexes généralement des sels* d’argent insolubles. Il suffit que le filtre soit sale, la plupart des matériaux filtrants contiennent des composés d’argile et de résidus d’acides pour leur blanchiment, voire également des résidus de savon ou de teinture, agents fixateurs et de l’amidon.

Des filtres spéciaux utilisés dans les laboratoires pourraient convenir, mais il faudra une certaine pression (ou le vide) pour faire passer l’argent colloïdal à travers. Donc, en somme, comme précisé en conclusion de message Filtrer la solution d’argent colloïdal après fabrication il vaut mieux s’en passer si on peut éviter la formation de précipités d’argent et dans le cas contraire, rincer le filtre avec de l’eau distillée. Pour ma part, j’essaie d’utiliser le minimum de matériels possible lors de la fabrication qui viendrait agir sur les ions. Par contre, il m’arrive d’utiliser de temps en temps le Sopalin (lavé avec de l’eau distillée) pour filtrer quand hélas, il y a eu des dépôts d’argent.

*J’ai expérimenté l’article que j’ai écris ci-contre  Comment vérifier la présence d’ions d’argent (Ag+) dans une solution d’argent ionique ou colloïdal? en mettant dans un petit bocal, un échantillon de ma fabrication avec du sel, j’ai laissé reposer un jour et le lendemain je montre un verre d’argent ionique et un autre avec celui contenant du sel à un de mes gamins. Celui ci me dit, mais papa, il y a une différence entre les deux, je lui demande la quelle, il me dit qu’il y en a un qui a une couleur pas très transparente, un peu blanchâtre. Je lui explique le phénomène chimique.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Deux belles entailles au tibia soignées avec de l’argent ionique (colloïdal) suite et fin

Bon, je vous avais rapporté il y a maintenant une semaine dans ce message Deux belles entailles au tibia soignées avec de l’argent ionique (colloïdal), le cas de ma femme qui était revenue avec deux belles entailles au bas du tibia. Le jour même après application de l’argent ionique sur les entailles, la peau s’était refermée de façon spectaculaire. Or la semaine dernière, mardi soir, ma femme commence à se demander s’il n’ y avait pas du pus en dessous de la peau, elle commence à avoir des doutes sur l’efficacité de l’argent ionique. Elle me dit que ton truc, c’est super efficace pour fermer une plaie, mais il n’est pas un bon antiseptique et antibactérien, je suis sûre qu’il y a du pus qui s’est formé sous ma peau.

Elle remarque cela à cause de la couleur rouge qui s’est formée autour des plaies entièrement cicatrisées (un trait fin en moins de 12 heures). J’essaie de la rassurer. Il faut savoir que chez ma femme, il suffit qu’elle se cogne une partie des jambes quelque part, il y a très vite une formation d’hématome bleu qui perdure pendant quelques semaines avant sa disparition totale. Je lui dis qu’il n’y a pas à se soucier et que l’argent colloïdal ou ionique est très efficace contre les bactéries et qu’il n’y a pas de pus. Donc, on remet un pansement sur les plaies (déjà bien fermées) toute la nuit de manière à prévenir une quelconque de formation de pus sous la peau.

La semaine passe sans rien faire et devinez quoi? Samedi dernier, elle regarde sa jambe la rougeur a disparu et elle me dit, ton truc est vraiment incroyable, alors qu’il me faut généralement un mois pour que mes blessures soient guéries, avec l’argent colloïdal, celles ci ont été soignées en une petite semaine.  

Il est vrai que nous sommes un peu estomaqués face à de tels traitements efficaces, A se demander si l’argent colloïdal, ce n’est pas du charlatanisme 😉


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.