Archive

Posts Tagged ‘concentration’

Protégé : AC : Que penser de l’argent colloïdal à 3000 ppm comme certains sites le vendent ?

15 décembre 2010 Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

La mesure de la concentration en ppm de l’argent colloïdal donnée par les appareils de mesure

Bon, dans cet article, je vais aborder la mesure en ppm (voir cet article La concentration des colloïdes dans l’argent colloïdal pour la notion de ppm) que nous autres faisons avec les appareils de mesure afin de connaître la concentration en colloïdes de la solution d’argent colloïdal.

Dans l’article ci-contre L’électrolyse ne fabrique pas de l’argent colloïdal mais de l’argent ionique, j’ai abordé le fait que l’électrolyse fabrique essentiellement des ions d’argent et très peu de particules d’argent en proportion. Or il y a une idée fausse très répandue qui prétend que la concentration d’argent peut être déterminée en mesurant la conductivité électrique. Cette croyance erronée est favorisée par les sociétés qui vendent de l’argent ionique communément appelé argent colloïdal ou des générateurs pour les personnes qui veulent en fabriquer chez elles. Ces mêmes sociétés ou des revendeurs vendent également des appareils dénommés TDS (Total Dissolved Solids ou la quantité totale de solides dissous)  meter ou « Conductivimètre TDS Mètre » qu’ils prétendent avoir calibrés pour mesurer la concentration d’argent contenue dans une solution.

En effet, ces appareils mesurent la conductivité électrique de la solution, pas la quantité d’argent contenue dans la solution. Toute substance qui augmente la conductivité électrique d’une solution augmentera la mesure en concentration affichée par le capteur. Cette concentration affichée n’est qu’une indication de la conductivité électrique et n’a rien à avoir avec la quantité d’ions d’argent, on va dire que c’est une extrapolation.

Une solution peut contenir des sels solubles et ne pas contenir d’argent et pourtant une concentration supérieure à zéro, par exemple, les sels solubles dans l’eau augmentent la lecture de l’appareil TDS en concentration. Nous  ne pouvons pas uniquement s’en tenir à la mesure en concentration ppm pour déterminer la teneur en argent. La conductivité électrique ne peut être utilisée pour déterminer la concentration d’argent, à moins d’être sûr du contenu de la solution. Je vous présente deux flacons transparents avec la même concentration en ppm (par exemple 10 ppm) affichée sur un appareil et pourtant dans un flacon, il y a bien de l’argent ionique (colloïdal) et dans l’autre peut-être de l’eau minéralisée riche en minéraux.

D’autant plus que dans une solution d’argent colloïdal, les particules donc solides non dissous ne rentrent que très peu dans la mesure de la conductivité électrique (dans la mesure où ces solides sont en suspension dans l’eau supposée pure, ce qui présuppose non conductrice), c’est comme si on introduisait deux électrodes d’argent pur dans de l’eau distillée pure et on mesurait à l’aide de l’appareil de mesure la concentration en ppm .

Une détermination précise de la concentration en argent sous forme colloïdale  (particules et ions) nécessite l’utilisation de l’une des deux méthodes d’absorption atomique ou d’émission atomique par spectrométrie ou encore à l’aide d’un spectromètre de masse. La plupart des laboratoires utilisent soit une absorption atomique ou émission atomique à cause de leur coût avantageux par rapport à la méthode de spectrométrie de masse.

En conclusion, une mesure de la concentration en ppm n’indique pas forcément que nous sommes en présence d’ions d’argent ou de particules d’argent. En réalité, ces appareils mesurent la conductivité électrique et grâce à des formules transforment cette mesure en concentration.

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

La concentration des colloïdes dans l’argent colloïdal

Je vais m’aider du livre de Frank Goldman pour éclairer votre lanterne et en même temps rafraîchir la mienne sur la notion de ppm (parties par million).

Je cite

La quantité réelle d’argent dans une solution colloïdale se mesure en milligrammes par litre. Dans la pratique, on utilise le plus souvent une mesure équivalente : Les parties par million (ppm), ceci désigne le nombre de parties d’argent (en poids) pour chaque million de parties d’eau. Par exemple, 10 parties par million signifie 10 parties d’argent pour un million de parties d’eau (noté 10 ppm), et équivaut à 10 mg/l.

D’après l’expérience des utilisateurs et des fabricants, et d’après les tests effectués en laboratoire, il semble qu’aucune affection ne nécessite de concentrations supérieurs à 30 ppm. La plupart des solution commerciales ont une concentration de 5 ppm, 10 ou 20  ppm.

Fin de citation

Comme je l’ai déjà évoqué lors d’un message antérieur, plus les particules sont petites, plus la solution est efficace, pour une quantité d’argent équivalente.

Je cite

Ingérer, par exemple un morceau d’argent métallique d’un milligramme n’aurait pas beaucoup d’effet. Par contre, si ce milligramme était divisé en un million de particules d’argent, il serait beaucoup plus efficace parce que chaque particule (ou ion) d’argent s’attaque à un micro-organisme pathogène. Donc, à concentration égale, ce produit est un million de fois plus efficace que le précédent.

Fin de citation

Donc, il n’est pas nécessaire d’avoir  de fortes concentrations, il suffit que les particules soient la plus petite. Il m’arrive parfois de m’arrêter à 5 ppm, voire parfois à 8 ppm, bien que généralement j’essaie d’atteindre 10. De toutes les façons avec la méthode de fabrication que j’utilise (les méthodes de fabrication feront l’objet d’un autre message) je peux atteindre 20 ppm mais il faudra plus de temps et plus d’attention, et tout cela pour éviter que les particules n’aient pas tendance à s’agglomérer, et finalement à précipiter.

Je cite

La solution au delà de 50 ppm nécessiterait un stabilisant qui en réduirait l’efficacité.

Fin de citation

Voilà, vous en savez autant que moi sur la concentration des colloïdes mesurée en ppm.

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Fabrication Étiquettes : , , ,