Archive

Posts Tagged ‘Distillation’

AC : Déionisation versus Distillation, expériences d’un abonné

Je viens de recevoir un courrier d’un abonné qui souhaite publier sur le site ses récentes découvertes sur les avantages de la « déionisation » sur la distillation. En effet, il y a quelque temps, j’avais écrit un article ci-contre : Quels sont les avantages et les inconvénients de la distillation? qui relate l’intérêt de la distillation et ses inconvénients. J’avais également laissé mes observations et expériences (dans d’autres articles) au sujet de la pureté de l’eau obtenue à l’aide des cartouches achetées à la société PII pour « déioniser » l’eau. Cet abonné vient de confirmer mes expériences avec un autre type de déioniseur. Ci-dessous le courrier de Jean-Claude.

Je cite :

Bonjour,

Dans un précédent message je vous faisais part que j’utilisais de l’eau distillée fabriquée par un distillateur domestique de chez PurePro et que j’obtenais les mesures ci-après.

  • Avant distillation =>TDS : 333 µS mesures effectuées avec le HI 98311 étalonné.

Ensuite après : mesures effectuées avec le HI 98308 étalonné

  • 1ère distillation =>TDS : 3,5 µS
  • 2ème distillation =>TDS : 2,3 µS
  • 3ème distillation =>TDS : 1,1 µS
  • 4ème distillation =>TDS : 0,7 µS

Je trouvais trop long de faire 4 distillations et le résultat obtenu n’était pas satisfaisant (0,7 µS) pour fabriquer de l’argent Colloïdal. J’ai cherché des cartouches de déionisation en France, plusieurs sites en proposent, j’ai finalement acheté chez : http://www.watertech.fr une cartouche de déionisation le tout pour 31.80 € port compris.

Cette cartouche permet de filtrer 2000 litres d’eau distillée. Elle est d’ailleurs rechargeable, il suffit d’acheter de la résine « déionisante » mélangée (cationique et anionique) vendu par seau de 2 Kg chez le même fournisseur. Cette cartouche est prévue normalement d’être utilisée sous pression à la sortie d’un osmoseur.

Mais je l’utilise en faisant passer l’eau distillée par simple gravité, pour cela il faut dévisser le gros capuchon transparent du haut (coté où se trouve une mousse), une fois le capuchon retiré, retirer également avec précaution la mousse ronde.

Vous n’avez plus qu’à verser l’eau distillée directement sur la résine en faisant attention que ça ne déborde pas. Puis bien remettre tout en place.

Et ho !!! Miracle, quand je mesure le TDS de l’eau ainsi déionisée avec le HI 98308 (0.1 à 99.9 µS) étalonné, mon appareil oscille entre 0.0 et 0.1 µS et se stabilise enfin sur 0.0 µS. Juste une remarque, j’ai du nettoyer les résines pour la 1ère fois en faisant passer un litre d’eau distillée, après tout est bon.

Je vais donc dorénavant me contenter d’une seule distillation puis passage dans la cartouche de déionisation avant d’utiliser immédiatement pour fabriquer de l’argent colloïdal. Si ces informations peuvent être utiles à des lecteurs de votre blog sur l’argent colloïdal, hé bien tant mieux.

Au plaisir.

Jean-Claude

Fin de citation

Merci Jean-Claude pour ces informations, surtout pour la société en France qui peut représenter un choix autre que celle qui se trouve aux états-unis (PII) où j’ai acheté mes deux cartouches pour « déioniser » mon eau distillée. J’obtiens également des valeurs similaires comme vous après passage de mon eau distillée dans les déioniseurs de la société PII. Ces valeurs représentent des valeurs identiques à une eau bi-distillée obtenue avec des appareils industriels.

Depuis que j’ai acheté les miens chez PII, je n’ai pas fait de recherches complémentaires, n’ayant pas eu le besoin, mais vos recherches apportent une alternative et je vous en remercie.

Cordialement,


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Quels sont les avantages et les inconvénients de la distillation?

Quand il s’agit de fabriquer de l’argent colloïdal ou ionique, une chose est très importante et c’est l’eau. La pureté de l’eau détermine la qualité de la solution, si la solution est exempte de sels d’argent, alors il n’y aura pas de décoloration (bleuâtre) de la peau au bout de quelques années, par contre, si l’eau utilisée n’est pas pure, il y aura des sels d’argent et donc au bout de quelques années et à force d’en prendre régulièrement, il y aura l’effet secondaire tant redouté, l’argyrie. Le nombre d’années dépendent du taux de sels d’argent dans la solution bien évidemment.

Dans le précédent article, j’ai traduit une étude dont les auteurs en parlent évoquant que l’on n’en meurt pas, il n’y a pas d’effet secondaire mortel avéré, ce n’est pas pire que boire du vin ou manger des fruits, qui sont infestés de pesticides de tout genre, de toutes les façons, l’alimentation industrielle à grande échelle apporte son lot de métaux lourds à volonté, donc plutôt que de s’inquiéter de la pureté de l’eau dans la fabrication de l’argent colloïdal, mieux vaut perdre son temps à examiner ce qu’on bouffe et de quelle manière on emplit notre corps de métaux lourds à gogo.

Toujours est-il que la pureté de l’eau est primordiale. Comment sais-je ? Tout simplement parce que j’ai lu des livres et des articles qui le disent et puis parce que j’ai un petit peu de bon sens qui me reste encore.

Bon, alors pourquoi cet article? Il me semble avoir suffisamment écrit d’articles sur l’eau! Eh bien, il me restait quand même quelques questions qui me trottaient dans la tête et celles notamment qui ont été soulevées  dans la série d’articles « De l’eau distillée laissée à l’air« , j’ai donc cherché sur le net pour des réponses et suis tombé sur ce site http://www.serflam.com en particulier. Je vais donc citer quelques passages intéressants de ce site sur la distillation et enfin confirmer mes constatations dans les articles cités ci-dessus.

Je cite :

La distillation est un procédé établi de longue date pour purifier l’eau, qui consiste à la chauffer jusqu’à ce qu’elle s’évapore. La vapeur est ensuite condensée puis collectée.

L’équipement requis est relativement économique, mais demande beaucoup d’énergie (typiquement 1kW d’électricité par litre d’eau produite).

En fonction de la conception de l’alambic, l’eau distillée peut présenter une résistivité aux environs de 1 MΩ-cm. Lorsqu’elle est fraîchement produite elle est stérile si l’équipement est construit à cet effet, mais elle ne peut le rester sans précautions de stockage.

De plus, des impuretés volatiles comme le gaz carbonique, la silice, l’ammoniaque ainsi qu’une variété de composés organiques vont « accompagner » la vapeur et se retrouver dans le distillat.

Fin de citation

Bon, évidemment, rien n’empêche de faire plusieurs distillations d’affilée, de plus, ci-dessus on parle d’alambic et la plupart d’entre vous avez opté pour un distillateur industriel. Par ailleurs, 1 MΩ-cm est équivalent à 1 µS/cm, on va dire, approchant l’eau distillée achetée en pharmacie qui elle, est de 0,7 µS/cm.

Je cite :

Quels sont les inconvénients de la distillation?

• La distillation ne produit l’eau purifiée que lentement. Ce procédé ne fonctionne pas à la demande. De ce fait, il faut distiller et stocker une quantité d’eau pour pouvoir l’utiliser ultérieurement.

• Le stockage doit être spécifiquement conçu pour protéger l’eau distillée de toute recontamination par les impuretés véhiculées dans l’air ambiant. En outre, les matériaux utilisés lors du stockage doivent être inertes afin d’éviter toute contamination ionique et organique par les parois du contenant.

• Troisième problème : les bactéries prolifèrent bien dans une eau qui a reposé quelque temps. Pour maintenir la stérilité, on utilise des bouteilles de stockage stériles et on passe l’eau collectée à l’autoclave, mais une fois la bouteille ouverte elle se retrouve exposée aux bactéries et la contamination débute.

• Enfin, dans les zones où l’eau est dure, le tartre se forme et il faut fréquemment nettoyer à l’acide, à moins que l’eau d’alimentation ne soit prétraitée par adoucissement ou osmose inverse.

Fin de citation

Donc, ces dires viennent confirmer ce que j’avais rapporté avec mes expériences simples, une bouteille d’eau distillée utilisée à moitié connait une contamination, c’est pour cela que j’avais reporté dans un des articles que depuis, je repasse toute eau déjà utilisée au déioniseur à lits mélangés acheté chez http://health2us.com sur le quel je compte bien écrire un article un de ces jours. Les avantages de la distillation restent cependant l’économie et la facilité de mise en oeuvre. Son inconvénient le plus évident c’est sa consommation en énergie.

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.