Archive

Posts Tagged ‘effet Tyndall’

Retour d’expériences d’un lecteur sur l’effet Tyndall lors de la fabrication d’argent colloïdal

Je viens de recevoir un courrier d’un lecteur du blog qui souhaite partager son expérience de l’effet Tyndall remarqué lors de la fabrication d’argent colloïdal. Ci-dessous son courrier :

Bonsoir,

Je voudrais apporter ma propre expérience concernant cet article Question concernant la qualité de la solution d’argent colloïdal

En effet, il arrive quelquefois que l’effet Tyndall est très visible et d’autres fois, moins, la notice du Silvergen explique que les colloïdes sont visibles au laser alors que les ions ne le sont pas, il en résulte donc que la solution est plus ionique, lorsque le laser est faible.

Je ne sais pas pourquoi, même ppm, même eau, donne des solutions différentes.

Ma dernière préparation (environ 8ppm), a pris une légère teinte jaune, tout en restant transparent, cette teinte est apparu le lendemain, j’ai voulu la jeter puis en faisant quelques recherches, j’ai vu que finalement c’était le résultat d’une bonne homogénéité, mais il ne fallait pas que la solution devienne trouble, comme quoi. Une fois, j’ai fait du 25ppm, en 24h avec le Silvergen, puis une autre fois, je n’ai pas pu depasser le 17ppm en 30h.

Enfin en conclusion, je ne sais pourquoi mais une taxe est apparue sur le SG6, tous ceux qui l’ont commandé dernièrement ont eu environ 70 euros de frais à rajouter, chose qu’il n’y avait pas quand j’ai eu le mien début janvier.

Merci pour votre blog,
Richard

Merci Richard pour votre contribution,

En effet, comme évoqué dans l’article que vous citez dans votre courrier, il serait intéressant de noter tout ce qui peut de loin ou de près interagir dans la fabrication d’argent colloïdal, comme par exemple le voltage, la température, la pression, voire même les cycles lunaires ??? Peut-être que ce n’est rien de tout cela, quoique le voltage doit avoir une action, peut-être la distance entre les électrodes, mais il me semble que sur l’appareil que vous utilisez, la distance entre les électrodes n’est pas réglable et le voltage doit être le même entre deux préparations d’argent colloïdal. Peut-être qu’il faudra pencher vers l’air ambiant si du moins lors de la préparation, la solution est à l’air, quoique, je ne pense pas que l’appareil SG6 le permette.

Bon, je pense que c’est un sujet qui mérite un approfondissement. Pour ce qui est de l’apparition de la couleur jaune le lendemain. Il m’est déjà arrivé le phénomène. Beaucoup moins depuis que je maitrise la fabrication et que je m’assure lors du nettoyage du bécher  qu’il n’y a pas de dépôts d’argent pour une nouvelle préparation. Depuis un mois à raison d’une préparation d’un litre par semaine, je n’ai pas rencontré ce phénomène. Je pencherai plus vers l’éventualité d’une solution pas tout à fait stable, mais pareil, il faudra plus que des suppositions.

Merci encore et bonne continuation Richard,

Cordialement,

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Question concernant la qualité de la solution d’argent colloïdal

J’ai reçu une question d’un des lecteurs du blog, concernant la qualité de l’argent colloïdal obtenu avec un appareil commercial. Ci-dessous le courrier envoyé.

J’ai une question sur la qualité de ma solution. J’utilise la machine SG 6 AUTO de chez Silvergen. J’ai pris cette machine, car elle reviens souvent dans les forums. Je n’ai rien à dire sur la qualité de la solution d’environ 15 ppm que j’ai obtenue les 2 premières fois, que j’ai testé avec le laser.
Celui ci traverse bien la bouteille en faisant apparaitre un faisceau lumineux intense. La 3ème fois que j’ai utilisé la machine, j’ai testé ma solution d’argent colloïdal, mais le faisceau est moins lumineux on le distingue beaucoup moins que dans les premières solutions. j’ai réessayé 2 autres fois mais la solution est la même. Peut-être que la réaction du début était dûe au électrodes neuves. Pourtant je respecte la même méthodologie.
La solution a le même goût, peut-être que cela est normal, car j’en ai pris lors de mon retour de Maroc ou j’ai attrapé un mal de gorge et un nez qui coule, en deux jours je n’avais plus de symptôme.

Qu’en pensez vous ? Est ce que la luminosité du faisceau est un signe de qualité ? Faites vous le test du laser à chaque fois?

Merci de votre réponse.
Fabien

Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour votre don de ce jour d’un montant de 5 euros. Sachez que sur les cinq euros consentis généreusement, Paypal s’est octroyé généreusement 0,48 cents d’euros. Le reste du montant qui devrait me revenir, servira (en complément des autres dons à venir) pour l’achat d’un livre qui s’intitule The Body Electric: Electromagnetism and the Foundation of Life (Paperback). Bien évidemment, suite à la lecture de ce dernier, j’espère qu’il y aura des retombées dans ce blog concernant l’argent colloïdal.

Sinon, pour revenir à vos interrogations concernant la qualité de l’argent colloïdal, vous venez de faire l’expérience de l’effet Tyndall avec votre laser dont vous avez dirigé le faisceau lumineux vers votre solution colloïdale d’argent. L’effet Tyndall dont j’ai parlé de façon très succincte dans cet article Pourquoi le potentiel zêta dans l’argent colloïdal ? est un phénomène décrit sur le wikipédia ici.
Comme évoqué dans beaucoup d’articles dont celui ci Comment l’électrolyse produit des particules d’argent dans la fabrication de l’argent colloïdal, l’électrolyse produit principalement des ions d’argent mais aussi des atomes d’argent qui s’agglutinent pour donner des particules d’argent. Les ions d’argent sont dissous dans l’eau, alors que les particules d’argent ne le sont pas. Ces particules d’argent en suspension donc des colloïdes reflètent la lumière émise par le faisceau du laser, qui traverse la solution colloïdale. Ceci est donc l’effet Tyndall. L’intensité du phénomène est linéairement proportionnelle à la concentration des particules suspendues et au cube de leurs dimensions, dixit Wikipédia (pour les plus curieux, si le temps me permet, je me documenterai et produirai un article rien que sur ce phénomène).

Donc, il est fort possible que les deux premières fois, vous ayez produit davantage de colloïdes d’argent ou voire avec une meilleure répartition que les fois suivantes. La concentration en ppm que vous mesurez ne prend pas en compte les colloïdes d’argent (je déborde sur un article que je comptais produire un de ces jours), en effet, la mesure de concentration que donnent les appareils tels que TDS meter ne sont pas correctes. Je ne vais pas m’étendre la dessus, ceci est le sujet d’un autre article. Tout ceci pour dire que la concentration obtenue n’a rien à avoir avec la répartition des colloïdes et leur nombre.

Ce qui serait intéressant, c’est de noter à chaque fois le procédé de fabrication et de comparer pour comprendre les différences obtenues. Il suffit de peu de choses pour obtenir une solution colloïdale différente d’un procédé de fabrication à un autre, et parfois même avec le même procédé de fabrication obtenir une solution différente par rapport à celle d’avant.

Est-ce que cela vient des électrodes qui étaient neuves ? Je n’en sais rien, j’opterai personnellement pour un non, mais en même temps je n’ai aucun moyen de vérifier, à part me documenter. Il se peut que l’eau distillée utilisée ne soit pas la même, je pencherai plus pour une analyse de l’eau distillée. Si l’eau distillée n’est pas assez pure, alors il y a de fortes chances que vous fabriquiez plus de sels d’argent que de colloïdes, puisque les ions vont se combiner d’avantages avec des composés de type anion qu’avec un électron à proximité de l’anode pour redevenir des atomes d’argent. Ce que je viens de dire est une supposition et ce n’est pas la parole d’évangile. Mais j’examinerai d’abord du côté de la pureté de l’eau distillée que des électrodes. A moins que les électrodes aient été très sales ???

Pour ce qui est de l’eau distillée, comme évoqué dans les articles à ce sujet et notamment celui ci Avec quoi peuvent se combiner les ions d’argent (Ag+) dans une solution d’argent colloïdal, elle est vorace en terme d’impuretés, c’est à dire qu’au contact de l’air, elle veut se mettre en équilibre chimique, c’est pour cela que lors de la fabrication, moins j’interviens mieux la solution peut se porter. Ici, je m’avance peut-être un peu, c’est-à-dire que c’est mon avis et pas l’avis d’un chimiste (que je ne suis pas d’ailleurs).

Pour conclure, vous me demandez comment se passe pour moi lors de l’utilisation du laser, hélas, je suis navré de vous dire que je n’utilise pas de laser, cela doit être sympa juste de voir l’effet Tyndall et rien que pour le montrer à mes gamins, je pense que j’en achèterai prochainement.

Eh bien, j’espère que par ces quelques mots, j’ai avancé un petit peu le Schmilblick 🙂


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.