Archive

Posts Tagged ‘ions’

Argent colloïdal, c’est quoi vraiment ?

L’argent colloïdal* est un type de colloïdes qui se compose de particules solides en suspension dans un liquide. Le solide est constitué de très petites particules d’argent métallique et le liquide de l’eau.

Le diamètre des très petites particules est mesuré en nanomètres (nm). Si on procède par la technique de l’électrolyse pour en fabriquer, il y aura des particules d’argent en suspension, mais également une autre forme appelée ions d’argent.

La différence entre les solutions, les colloïdes et les suspensions d’argent est définie par la taille que prennent les particules :

  • Si la taille des particules est inférieure à 1 nm, alors on parle de solutions d’argent.
  • Si la taille des particules est entre 1 nm et 1000 nm (ou 1 micron), alors on parle de colloïdes.
  • Si la taille des particules est supérieure à 1 micron, on parle de suspension.

L’argent colloïdal (obtenu par la méthode LVDC) est constitué d’argent sous deux formes distinctes, des particules d’argent métallique et des ions.

La concentration d’argent mesurée en ppm (en parties par million) est la somme totale d’argent contenu sous forme de particules et sous forme d’ ions d’argent. Pour mesurer la quantité totale d’argent précisément, il faut procéder à des mesures par absorption atomique ou par émission atomique d’atomes d’argent.

La Spectrométrie d’absorption atomique est généralement utilisée pour des résultats précis. Pour mesurer la concentration des ions d’argent par absorption atomique, il faut d’abord se débarrasser des particules d’argent par des techniques de centrifugeuse.

Une solution qui contient que des ions d’argent (Ag+) et pas de particules n’est pas colloïdale, puisqu’il n’y a pas de particules d’argent « massif » en suspension. D’autre part, si 100% du contenu de la solution est sous forme de particules d’argent et aucun ion, celle ci serait une solution colloïdale pure. Donc parler d’argent colloïdal nécessite de préciser la quantité de colloïdes (de particules d’argent en suspension sous forme de colloïdes) dans la solution.

Une façon de mesurer la qualité d’un colloïde d’argent serait de mesurer le pourcentage d’argent particules uniquement. Dans ce cas si, la mesure en ppm effectuée avec un appareil de mesure de type TDS est fausse. c’est une mesure approximative de la densité totale de solides dissous, or les particules d’argent ne sont pas dissous dans la solution, mais elles sont en suspension.

Idéalement, tout le contenu en argent d’une solution colloïdale devrait être sous la forme de particules avec zéro ion d’argent. Ou plutôt, dans le cas des produits commerciaux, il serait plus judicieux d’indiquer le pourcentage de particules d’argent par rapport aux ions d’argent.

A suivre …

* Source internet, essentiellement celle ci http://www.silver-colloids.com

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Fabrication Étiquettes : , , ,

Notions de grandeurs d’ions ou particules d’argent colloïdal

Vous vous posez peut-être comme moi, quelle doit être la taille d’un ion ou d’une particule d’argent pour que la solution d’argent colloïdal soit efficace ? Et puis, mais efficace contre quelle maladie ?

Et bien tout d’abord, je vous propose de prendre connaissance des grandeurs qui ne sont visibles qu’au microscope atomique, comme le nanomètre 1 nm = 1×10-9 m = 0,000000001 mètre. La définition d’une nanoparticule sur Wikipedia est la suivante :

« Une nanoparticule est un assemblage de quelques centaines à quelques milliers d’atomes, conduisant à un objet dont au moins l’une de ses dimensions est de taille nanométrique (1 à 100 nm) ». Le nanomètre est utilisé pour mesurer des atomes et des molécules.

Quelques exemples :

  • Une molécule d’eau est plus petite qu’1 nm, c’est à peu près 0,1 nm.
  • Le diamètre d’un atome d’or est le tiers d’1 nm.
  • La taille de la molécule du glucose est à peu près 1 nm.
  • La taille d’un anticorps est à peu près 10 nm.
  • Le diamètre de la molécule d’ADN est entre 2 à 12 nm.
  • La taille du virus du rhume est de l’ordre de 20 nm.
  • La taille d’un virus est à peu près de 100 nm.
  • La taille d’une bactérie ou d’un germe est à peu près 1000 nm.
  • La taille d’une cellule cancéreuse est à peu près entre 10000 nm et 100000 nm.
  • Le sel de table fait à peu près 500000 nm ou alors 0,5 mm d’épaisseur
  • L’épaisseur d’un cheveu est à peu près 100000 nm, donc 0,1 mm.
  • L’épaisseur d’une feuille de papier est à peu près 100000 nm donc 0,0001 m ou 0,1 mm.
  • Le point final « . » a une taille de 1000000 nm, c’est à dire 0,001 m ou 1 mm.
  • Une balle de tennis a pour diamètre 100000000 nm, donc 0,1 m ou 10 cm.

Lorsque vous cuisinez un bon gâteau au chocolat, la taille des molécules qui sont libérées dans l’air est plus petite qu’un nanomètre. Ces molécules parviennent à nos narines grâce à l’air et lorsqu’elles sont à un nanomètre des détecteurs d’odeur logés dans nos narines, on sent la bonne odeur du gâteau au chocolat. La gravité terrestre a un effet limité sur ces molécules.

Maintenant que nous avons une bonne idée de la grandeur des différentes objets dans le monde des nanoparticules, revenons vers notre argent colloïdal et regardons la taille des ions ou des particules fabriqués par quelques produits commerciaux dont j’ai déjà parlés dans des messages précédents.

  • Argentyn 23 de Sovereign Silver est une solution à 10 ppm avec des particules dont la taille est comprise entre 0,6 et 3 nm. Chaque goutte contient au moins 100 millions de particules d’argent (80% ionique)
  • SilverKare a une concentration de 30 ppm avec des particules dont la taille varie entre 5 nm et 15 nm.
  • Mesosilver® est une solution qui renferme 80% de particules d’argent métallique et 20 % d’ions, pour une concentration de 20 ppm. Le laboratoire a mis au point un procédé breveté Mesoprocess qui permet de fabriquer à partir de n’importe que métal des particules de taille inférieure au nanomètre, les particules ainsi produites ont un diamètre de 0,65 nanomètre.
  • Advanced Colloidal Silver fabriqué au moyen d’un équipement très coûteux et très complexe, contient environ 20% d’argent ionique et 80% d’argent métallique, pour une concentration de 20 ppm. Ces particules sont extrêment fines, moins de 2 nm, certaines atteignant même 0,65 nm.
  • Des procédés spéciaux utilisant un système HVAC pour produire de l’argent colloïdal peuvent contenir des particules d’une taille de 2 nm.

Voilà, j’espère que cela vous aide à vous situer dans le monde des nanoparticules, je vais prochainement écrire un article regroupant la taille des virus ou bactéries, à suivre 😉

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Fabrication Étiquettes : , , , ,

Particules ou ions d’argent colloïdal (suite)

Dans un de mes précédents messages Particules ou ions d’argent colloïdal je vous ai parlé de la différence entre les solutions d’argent colloïdal contenant un certain pourcentage de particules d’argent et/ou d’ions d’argent. En fait, selon la méthode de production (LVDC ou HVAC plus ou moins perfectionnées) les différents produits commerciaux se distinguent de la quantité de particules ou d’ions contenus dans une solution d’argent colloïdal. Dans ce même message, je vous ai parlé qu’il n’y avait pas une grande différence au niveau de l’efficacité entre les solutions ioniques ou particules métalliques (argent bien évidemment). Or, selon certains experts et études scientifiques, il semblerait que si, du moins c’est assez partagé, selon Frank Goldman,

Je cite :

Ce qui est sûr, d’après tous les témoignages (je vais un jour en donner quelques uns de son livre par maladie référencée) reçus, c’est que pour les produits de haute qualité, les deux types semblent aussi efficaces. Selon Bill Fernald (de la société Utopia basée à Texas), les ions d’argent font merveille pour les applications locales et les pansements (voir le message Préparer des pansements avec de l’argent colloïdal), tandis que l’argent métallique est plus efficace contre les infections en particulier d’origine virale.

Fin de citation

De plus, on peut affirmer d’après de nombreuses études que plus les particules ou ions sont petits, voire exceptionnellement petits, l’argent colloïdal produit dans tous les cas des résultats exceptionnels.

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Fabrication, Traitements Étiquettes : , ,