Archive

Posts Tagged ‘nanomètre’

Entonnoir filtrant verre Duran® pour filtrer la solution d’argent colloïdal suite et fin

J’ai écrit un article en début du mois sur l’entonnoir filtrant verre Duran® et tout ce qu’il fallait pour filtrer la solution d’argent colloïdal. Eh bien, j’ai le plaisir de vous annoncer qu’hier après midi, j’ai filtré ma première solution d’argent colloïdal avec cet entonnoir pour avoir au final une solution avec des ions et des particules en dessous d’une taille de 1,6 microns. Autrement dit, si je fais analyser ma solution dans un laboratoire, ce dernier ne devrait pas trouver d’ions ou plutôt de particules dont la taille dépasse 1,6 microns. Pour rappel, un micron est déjà 1000 fois plus grand qu’un nanomètre (voir Notions de grandeurs d’ions ou particules d’argent colloïdal).

Alors ce n’est pas une réussite en soit vous me direz, car avoir des particules d’un micron dans sa solution, ce n’est pas terrible, c’est même mauvais. N’empêche que je n’utilise plus de Sopalin et vous me direz, dépenser autant d’argent pour arriver à un tel résultat, le jeu en vaut-il la chandelle ? Eh bien, j’ai envie de répondre que j’aime bien le verre comme matériau, le Sopalin, c’est bien mais pas pour ce que je fais même si je le rince avec de l’eau distillée, je ne connais pas les caractéristiques chimiques du Sopalin. Pour ce qui est de la méthode de fabrication utilisée, depuis que je suis passé aux électrodes d’argent et au composant électronique dont je vous ai fait un retour, c’est-à-dire maintenant 3 mois, je n’ai pas eu une seule fois une solution jaunâtre même pale. Donc du côté fabrication, je maitrise le procédé. Pour ce qui est de l’agitateur, je vous avais reporté l’utilisation d’agitateur à balancier avec lequel je ne suis pas tout à fait satisfait, car celui-ci ne remue pas assez puissamment la solution. Je vais certainement opter pour un agitateur magnétique avec des barreaux an verre.

Donc, si vous avez un procédé de fabrication et un agitateur puissant (mécanique, magnétique ou autre), comme dans l’étude ci-contre Une étude parmi tant d’autres effectuée par des chercheurs sur les nanoparticules d’argent, vous avez de fortes chances de fabriquer de petites particules. Pour rappel, la solution sera d’autant plus efficace que les particules seront de tailles nanométriques.

Pour finir, j’ai donc acheté la fiole d’un litre avec une ouverture sur le côté pour y insérer un tube de 7 mm qui se branche sur une pompe à vide et un bouchon spécialement conçu pour fermer la fiole, ce bouchon présente une cavité cylindrique pour y insérer l’entonnoir. Je verse ma solution d’argent colloïdal dans l’entonnoir, je branche la pompe à vide pour faire le vide dans la fiole, ce mécanisme permet d’aspirer le contenu de l’entonnoir qui passe à travers des pores microscopiques et permet de recueillir l’argent colloïdal filtré. La pompe à vide devrait être assez puissante pour faire le vide dans la fiole et grâce à la pression atmosphérique qui agit sur le contenu de l’entonnoir, la solution d’argent colloïdal descend dans la fiole.

Pour ce qui est de la fiole d’un litre + deux bouchons + un tube de 5 mètres (7 mm de diamètre), j’ai eu pour 140 euros chez Fischer (livraison rapide contrairement à l’entonnoir dont la livraison a duré un mois et demi), la pompe achetée sur Ebay pour 70 euros à peu près. Vous allez me dire que tout ceci est cher, en effet, dès qu’on touche à du matériel de laboratoire c’est cher. Mais rassurez vous je n’ai pas acheté la télé dernier cri à 1200 euros chez Auchan pour regarder les matchs de la coupe du monde, d’ailleurs je n’ai même pas la télé et je me porte à merveille 🙂

Bon, voilà ma dernière découverte.

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Argent colloïdal, c’est quoi vraiment ?

L’argent colloïdal* est un type de colloïdes qui se compose de particules solides en suspension dans un liquide. Le solide est constitué de très petites particules d’argent métallique et le liquide de l’eau.

Le diamètre des très petites particules est mesuré en nanomètres (nm). Si on procède par la technique de l’électrolyse pour en fabriquer, il y aura des particules d’argent en suspension, mais également une autre forme appelée ions d’argent.

La différence entre les solutions, les colloïdes et les suspensions d’argent est définie par la taille que prennent les particules :

  • Si la taille des particules est inférieure à 1 nm, alors on parle de solutions d’argent.
  • Si la taille des particules est entre 1 nm et 1000 nm (ou 1 micron), alors on parle de colloïdes.
  • Si la taille des particules est supérieure à 1 micron, on parle de suspension.

L’argent colloïdal (obtenu par la méthode LVDC) est constitué d’argent sous deux formes distinctes, des particules d’argent métallique et des ions.

La concentration d’argent mesurée en ppm (en parties par million) est la somme totale d’argent contenu sous forme de particules et sous forme d’ ions d’argent. Pour mesurer la quantité totale d’argent précisément, il faut procéder à des mesures par absorption atomique ou par émission atomique d’atomes d’argent.

La Spectrométrie d’absorption atomique est généralement utilisée pour des résultats précis. Pour mesurer la concentration des ions d’argent par absorption atomique, il faut d’abord se débarrasser des particules d’argent par des techniques de centrifugeuse.

Une solution qui contient que des ions d’argent (Ag+) et pas de particules n’est pas colloïdale, puisqu’il n’y a pas de particules d’argent « massif » en suspension. D’autre part, si 100% du contenu de la solution est sous forme de particules d’argent et aucun ion, celle ci serait une solution colloïdale pure. Donc parler d’argent colloïdal nécessite de préciser la quantité de colloïdes (de particules d’argent en suspension sous forme de colloïdes) dans la solution.

Une façon de mesurer la qualité d’un colloïde d’argent serait de mesurer le pourcentage d’argent particules uniquement. Dans ce cas si, la mesure en ppm effectuée avec un appareil de mesure de type TDS est fausse. c’est une mesure approximative de la densité totale de solides dissous, or les particules d’argent ne sont pas dissous dans la solution, mais elles sont en suspension.

Idéalement, tout le contenu en argent d’une solution colloïdale devrait être sous la forme de particules avec zéro ion d’argent. Ou plutôt, dans le cas des produits commerciaux, il serait plus judicieux d’indiquer le pourcentage de particules d’argent par rapport aux ions d’argent.

A suivre …

* Source internet, essentiellement celle ci http://www.silver-colloids.com

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Catégories :Fabrication Étiquettes : , , ,