Archive

Posts Tagged ‘pansement’

Emploi chirurgical de feuilles d’argent laminé, par M. Reboul (de Nîmes, 1903)

Dans cet article, j’ai transcrit les expériences de M. Reboul tirées du même journal (page 525) que celui de l’article précédent. J’ai déjà rapporté plusieurs articles sur pansements appliqués sur les ulcères et sur les plaies, notamment l’article sur les bas de contentions Juzo.

Congrès de chirurgie

Depuis la communication de M. Credé sur les propriétés bactéricides de l’argent (voir semaine médicale, 1896, page 217), j’ai employé des feuilles d’argent laminé, stérilisées à 140° ou 150°, dans le traitement des plaies. Après avoir nettoyé la plaie avec de l’eau bouillie chaude, à l’aide d’une pince à griffes, on applique directement la feuille d’argent sur toute la surface de la plaie ou sur la tumeur; avec un petit tampon de coton, on exerce des pressions sur la feuille d’argent de manière à la rendre intimement adhérente, et on la recouvre ensuite d’un pansement approprié à la région et à la plaie; suivant l’abondance de la suppuration ou de suintement, ce pansement est renouvelé tous les deux jours ou toutes les semaines; il peut rester en place pendant un mois et même davantage sans produire le moindre érythème.

Pour renouveler le pansement, on fait couler un filet d’eau stérilisée chaude sur la plaie ou la tumeur. Les parties de la feuille d’argent détachées sont entraînées avec la suppuration ou les croûtes; je laisse en place les parties adhérentes. Je recouvre ensuite la plaie avec une nouvelle feuille. C’est sur les ulcères variqueux et les plaies anciennes que j’ai commencé à employer les feuilles d’argent comme moyen de pansement.

Je m’en suis servi ensuite pour les ulcérations et les fistules tuberculeuses pour le pansement des lupus traités par électrolyse. Dans 5 cas d’épithélioma cutanée superficiel de la face, l’emploi exclusif des feuilles d’argent a amené la chute des croûtes et une bonne cicatrisation; les résultats ont été durables.

Titre : L’Union pharmaceutique : journal de la Pharmacie centrale de France : organe des intérêts scientifiques, pratiques et moraux de la profession
Auteur : Pharmacie centrale de France et Maison de droguerie Ménier réunies (Paris)
Éditeur : Pharmacie centrale de France (Paris)
Date d’édition : 1860-1940
Contributeur : Dorvault, François (1815-1879). Directeur de publication
Contributeur : Genevoix, Émile. Directeur de publication
Contributeur : Buchet, Charles. Directeur de publication
Contributeur : Cazeneuve, Paul (1852-1934). Directeur de publication
Contributeur : Viron, Lucien-Alexandre (Dr). Directeur de publication
Type : texte , publication en série imprimée
Langue : Français
Format : application/pdf
Droits : domaine public
Identifiant : ark:/12148/cb34378475t/date
Identifiant : ISSN 03724433
Source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-T44-17
Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34378475t
Provenance : bnf.fr
Description : Variante(s) de titre : L’Union pharmaceutique et le Bulletin commercial réunis
Description : Variante(s) de titre : L’Union pharmaceutique, le Bulletin commercial et le Répertoire de pharmacie… réunis
Description : Périodicité : Mensuel

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Hérisson et argent colloïdal

Bon, ce sont les derniers jours de vacances des enfants et aujourd’hui, mes enfants et leur cousin ont trouvé un hérisson sur le bord de la route dans un état très amoché, la patte arrière gauche sectionnée au niveau de l’os avec une plaie ouverte béante. La bête retrouvée et recroquevillée sur elle même en train d’agoniser avec une puanteur à repousser tout le monde. Certainement que les lames d’une tondeuse n’ont pas épargné sa patte.

Toujours est-il qu’ils arrivent avec le hérisson, on le dépose sur la table, les garçons à l’aide d’une pince à épiler nettoient la plaie et retirent un à un jusqu’à une vingtaine de vers, ma femme suggère de lui donner de l’argent colloïdal, après avoir nettoyé la plaie et retiré les vers, on le rince abondamment à l’argent colloïdal en mettant un pansement à l’aide d’une gaze et un bandage.

Pour lui donner à boire, les enfants prennent une seringue à Advil et la remplisse avec de l’argent colloïdal sans ajouter d’eau et lui administrent dans la gueule, la bête ouvre sa gueule avec beaucoup d’intérêts étant certainement déshydratée. Puis, ils le laissent se reposer dans une petite boite de carton remplie de paille.

Quatre heures après, en réexaminant la plaie, cette dernière s’était fermée. Bon à suivre …

Transmettre l’article à un(e) ami(e)


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Efficacité des ions d’argent (Ag+) dans la guérison des plaies et cicatrisations

Cet article fait l’objet de l’efficacité époustouflante des ions d’argent (Ag+) dans la guérison des plaies. En effet, ce ne sont pas des hallucinations ni du charlatanisme mais des études scientifiques et médicales très sérieuses dans des hôpitaux. Ces hôpitaux ne sont pas à l’autre bout de la planète dans un coin paumé, mais bien en France. Alors de quoi s’agit-il?

Le pansement Acticoat (marque Déposée par Smith & Nephew) avec sa structure unique de nanocristaux d’argent SilcrystTM,  forme une barrière antimicrobienne, qui détruit les bactéries aussi bien à l’intérieur du pansement qu’au cœur du lit de la plaie. Pour plus de détails, visitez leur site ici. Alors pourquoi je vous parle de ce pansement?

Dans le livre Plaies et cicatrisations (Broché) de Luc Teot (Auteur), Sylvie Meaume (Auteur), Olivier Dereure (Auteur), les auteurs nous parlent de l’efficacité des ions d’argent et notamment des pansements Acticoat (cliquez ici pour télécharger une application médicale en milieu hospitalier) à la page 297 (consultable ici même).

Je cite

Pour être efficaces, les ions d’argent doivent être présents dans le lit de plaie en quantité suffisante. Les ions d’argent doivent être présents à des concentration supérieures à la concentration minimale inhibitrice vis à vis des bactéries pathogènes ou, mieux, supérieures à la concentration minimale bactéricide …

Le pansement Acticoat apporte rapidement (en trente minutes) une concentration en ions d’argent de 70 à 100 ppm, de manière continue et pendant 72 heures, ce qui met au contact du lit de plaie une solution bactéricide …

Les ions d’argent diminuent l’activité des métalloprotéases (elles peuvent dégrader tous les composants de la matrice extracellulaire et donc du derme) d’environ 90%, probablement par le biais de la diminution du zinc et augmentent le calcium (élément pro-éphitélialisation qui marque la fin de la cicatrisation) …

Enfin, Acticoat a la même capacité que le nitrate d’argent à 0,5% à réduire et à contrôler l’hyperbourgeonnement sans la cytotoxicité du nitrate, caustique à cette concentration. De courtes séries de patient et l’expérience clinique américaine et anglo-saxonne en centres de Brûlés et en soins de plaies chroniques sont en faveur de cette efficacité.

Fin de citation

Les auteurs parlent également de deux autres pansements à base d’argent dont le pansement Urgotul S-Ag (contenant un composé d’argent) pour le traitement du deuxième degré de brûlure et Aquacel Ag, unique pansement hydrofibre, qui est l’association de carboxyméthylcellulose tissée et des ions d’argent, efficace dans la destruction des bactéries anaérobies et aérobies (y compris les germes multirésistants), des levures et des champignons.

Les auteurs parlent d’efficacité de l’argent dans le cas de grands brûlés.

Je cite

… Beaucoup d’auteurs se déclarent en revanche favorables à l’utilisation de l’argent pur, sans adjonction de sulfadiazine, délivré en quantité suffisante dans les plaies à risque d’infection ou infectées.

Des preuves d’efficacité ont été apportées par plusieurs auteurs pour l’argent sous forme nanocristalline dans la prise en charge de plaies infectées et dans la prévention d’apparition d’une infection sur des localisations à risques, en particulier lors de la pause du derme artificiel en chirurgie reconstructrice.

Les récentes études portant sur l’argent nanocristallin dans les brûlures profondes montrent des résultats convaincants sur la maitrise du risque infectieux.

Fin de citation

Bon voilà, je comprends un peu mieux maintenant pour quelles raisons l’argent ionique est très efficace dans la cicatrisation des entailles sur le bas du tibia de ma femme. En fait, pour le derme, à priori et très certainement, les ions Ag+ ont une efficacité déconcertante.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.